Bienvenue en terre du milieu !

-Faites évoluer votre personnage en vivant en Terre du Milieu-
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voyage en Harad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thalya
Stratège de Khand


Messages : 33
Age : 23

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Voyage en Harad   Lun 31 Jan - 19:20

Cela faisait maintenant une semaine que Melek, le stratège du serpent, la reine Serenya de Khand et son garde du corps, Kyros, étaient partis en Harad, sous les ordres de la reine qu'ils aimaient tous deux. A ceci près que si Kyros était fou, Melek, lui, n'était pas fou, mais peut-être était-il pire, blasé de tout, désespéré de pouvoir obtenir un jour la seule chose qu'il désirait. Sur le plan physique aussi, le contraste était fort, mais caché, car on ne pouvait deviner que Melek était très faible seulement en le regardant, sa silhouette était trompeuse, elle le renforçait.
Le seul lien entre les deux hommes étaient qu'il tous deux aux pieds de la plus magnifique des souveraines humaines de tout les temps, prêt chacun à sacrifier plus que sa vie pour satisfaire le moindre de ses caprice, fut-il le plus superficiel et le plus inutile du monde. Elle était un peu comme une déesse qu'ils suivaient craintivement et désiraient ardemment, tout en sachant pertinemment, du moins étais-ce le cas pour Melek, qu'il n'avait aucune chance que la déesse ne jette ne serais-ce qu'un regard sur eux.

Le groupe insolite, complété par une dizaine de garde de la reine, était en fin arrivé en vue de Gobel Ancalimon, aussi appellée Kadar an-Bêlabar, l'une des plus grandes villes du Harad, bien qu'elle ne tienne pas une seconde la comparaison avec Umbar ou même avec Sturlursta Khand. Mais la ville était déjà légèrement plus grande que Kyzilkum, la capitale Khandéenne. Ils devaient y rencontrer des hommes importants, mais pas les plus importants du pays non plus, car les réels hommes les plus influents en Harad se trouvaient soit à Umbar, soit nul ne savait où dans le désert. Le soleil descendait lentement, et la nuit arrivait quand le cortège passa les portes de la ville. On les mena immédiatement, dès qu'on sut de qui il s'agissait à un palais luxueux et luxurieux au cœur de la ville. Melek, en entrant dans la riche salle surchargée et emplie de fumée où se trouvait le maître des lieux, se demandait ce que devait penser la reine en voyant toutes ses filles dénudées qui dansaient et plus encore pour satisfaire impudiquement le plaisir du propriétaire et de ses amis. Lui même, il n'y avait pas si longtemps, aurait bien profité de cette fête, car il était très accoutumé à cette ambiance et cette atmosphère lui semblait chaleureuse et accueillante.

Mais il doutait que les hommes à l'esprit bien tourné voient les fêtes sous le même angle, d'autant que les pauvres filles n'avaient pas vraiment le choix de leur partenaire d'une nuit de débauche. Cela lui rappelait une foule de souvenir. Des fêtes comme cela, il en avait vécu des centaines, voire des milliers, des esclaves comme celles-ci, il en avait abusé de toutes les manières possibles et imaginables jusqu'à il y avait peu. Mais aujourd'hui, il se contiendrait, comme il s'était contenu depuis qu'il avait réalisé qu'il était tombé sous le charme fatal de Serenya. Ils s'approchèrent du maître de maison, qui leur proposa des poufs avachis et très confortables à ses côtés, leur proposant des filles, des boissons, de la nourriture ou du narguilé. Melek accepta le narguilé, la boisson et la nourriture, mais refusa les filles. Serenya était assise à droite du maître de maison dont trois esclaves, filles nues et belles comme rarement on en voit s'occupaient avec le plus grand soin. Pourtant, l'homme était gros et laid.

Melek attendit que Serenya prit la parole comme il se devait. Elle devait savoir que des fêtes de ce genre était monnaie courante pour tout les riches à l'esprit mal tourné (et il y en avait beaucoup, Melek était bien placé pour le savoir), mais il ne pensait pas en revanche qu'elle y ai déjà participé ou assisté.


Dernière édition par Irmo le Ven 20 Mai - 21:31, édité 1 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Kyros
Garde du corps de la Reine de Khand


Messages : 17

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain
Bourse:
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Jeu 3 Fév - 19:30

"Maudit, oui, maudit soient-ils pour m'avoir chasser comme un animal. Ces monstres du sud méritent la mort, eux et tous ceux qui m'ont trahis jadis. Et ce Melek en fais partie. Il fait partie de ces fils à papa qui n'en ont cure des sentiments des autres, préférant prendre et détruire. Ce sont eux qui l'ont tué. Ce sont eux qui me l'ont prises, ma douce, ma tendre, ma bien-aimée... Ma Narya adorée...

Je ne suis pas l'un des leurs, je ne suis plus. Je ne me reconnais pas en ce peuple."

Kyros, la mine basse, ne prêtait guère attention aux danseuses qui vinrent vers lui. Il les poussa vers Melek de la main, comme on chasserait une mouche qui virevolte autour de nous. Ici, il ne voyait rien qui puisse ressembler à son chez soi. Ou étaient les animaux? Ou étaient les chats, élégants et félins? Ou étaient les moineaux, innocents et espiègles? Ou étaient la vie? Il se le demandait. Décidément, ce pays n’était pas le sien, peu importe ce que l’on pouvait dire. Son sang suderon était la seule chose qui le liait encore à Harad. L’une des aguicheuse insista au près de Kyros en se dandinant en face de lui. Kyros s’agrippa au manche de sa rapière. La jeune catin, outrée et effrayée s’en alla vers le stratège serpent. Kyros en avait vu des prostitués, mais des aussi laide que celle-là jamais. Ces gens sud n’avaient aucun goût. Cheveux noirauds, peau légèrement métissée, yeux gris : le type de femme typique pour Krome, se dit-il.

L’incident du coffre marqua Kyros au plus haut point. On avait saccagé ses biens les plus précieux et il avait commis un acte qui aurait pu lui couter la vie : toucher Serenya. Et bien que cet attouchement n’avait rien de grave selon lui, cela semblait très déplacé à la cour de Khand. Tant pis, j’aurais au moins pu savoir ce que ça fait de toucher une personne si importante, pensa-t’il. Si Serenya pouvait lire les pensées, elle l’aurait certainement fais pendre. Néanmoin, Kyros n’était pas resté sans rien faire ultérieurement. Il ne prononça plus un seul mot en la présence de la reine et lui fit porté un cadeau qui, pour lui, était l’un des plus somptueux que l’on pouvait faire…
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand


Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Jeu 3 Fév - 21:28

J'arpentai la salle d'un œil méprisant, à la recherche d'une once de civilisation. Pour l'instant, échec. Partout où me regard se promenait, il n'y rencontrait que luxure primitive, clinquant grotesque ou hommes bedonnant passablement repoussants. Un grand moment de solitude, pour la Reine Serenya de Khand.
J'avais déjà assisté à ce type de fête, ou du moins y étais-je passée en coup de vent. L'extrait m'avais suffit, et ce genre de festivités étaient proscrites de mon Palais. Je ne tolérai pas ces débauches.

Tout d'abord, parce que je n'éprouvai que mépris pour tous les participants. Les hommes, pour leur bestialité aussi risible qu'immonde; les danseuses pour la faiblesse dont elles faisaient preuve. Peut-être plus encore que les nobles présents, elles me dégoûtaient. S'il y avait une chose que je ne supportai pas, c'était la faiblesse. Et elles avaient cela en elles. A mon sens, on avait toujours le choix. J'en étais la preuve incarnée: j'étais fille d'une femme comme elles et pourtant... pourtant j'étais Reine, alors que mon chemin tracé était certainement de devenir ainsi.
On avait la Force, ou on ne l'avait pas. Personnellement, je n'avais jamais eu besoin de me dénuder pour quelque réussite que ce soit. Certes, je me promenai avec une tenue bien différente de celle des femmes dans la rue. Cheveux libres, décolletés assommants, robes fendues; mais jamais à ce point. J'avais toujours su conserver ma dignité et avait préféré le meurtre à une vie comme la leur.
Mieux ou pas? A méditer. Au moins, elles dormaient sans être hantées, parfois, par d'affreux cauchemars. J'en avais de plus en plus, ces derniers temps.

Mais, pour l'instant, je réfléchissais davantage au meilleur moyen d'attaquer le maître des lieux. Pas maintenant, pas en pleine fête. Néanmoins, j'avais remarqué qu'il avait déjà absorber une certaine quantité d'alcool, et je préférai ne pas parlementer avec un homme trop soûl. Je demeurai cependant patiente, désireuse de le laisse s'amuser un peu pour qu'il ne soit que plus malléable.
En attendant, j'observai Kyros et Melek avec satisfaction. Aucun d'eux n'avaient accepté les prostituées, ce qui m'étonnait surtout de la part de mon stratège. J'avais été tellement surprise que je lui avais dédié un sourire.
Comment savoir qu'il était un habitué de ce type de fêtes? En même temps, si je l'avais su, je n'aurais pu qu'apprécier qu'il reste digne, par respect pour moi.
A mes yeux, le passé le comptait pas. Je ne m'intéressait qu'à ce qu'étaient mes hommes, à présent.
Le comportement de Melek, en plus de me plaire en temps que femme , faisait mon orgueil en temps que souveraine. Pharaoniques au milieu de grotesques personnages, je nous sentais infiniment plus forts et puissants

Aussi, je n'avais aucun doute quand à l'issue de notre visite en Harad.
"Très cher, fis-je alors en me penchant doucement vers le maître de maison,
pourrions-nous nous entretenir ensemble, un peu plus tard..."
Je suspendis un instant ma phrase pour glisser un regard à Melek."... avec mon stratège, Melek."


Dernière édition par Irmo le Ven 20 Mai - 21:27, édité 1 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand


Messages : 33
Age : 23

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Ven 6 Mai - 21:03

Melek, voyant que la reine lui laissait la parole, continua en tentant de faire appliquer au mieux ce qui lui semblait servir les intérêts de sa suzeraine. Il dut se faire violence pour arriver à prendre un air décidé, énergique et sérieux, un air qui, d'ailleurs n'avait normalement pas sa place sur le visage du stratège. Cet air, c'était celui que son père avait lorsqu'il traîtait une affaire, c'est à dire, la plupart du temps, voire la totalité de son temps, même, d'après les souvenirs de Melek. Conscient de n'être pas à la hauteur d'un grand commerçant comme son géniteur, il sut néanmoins, par le ton de sa voix et l'expression de son visage, faire comprendre au maître de maison qu'il avait tout intérêt à obtempérer le plus rapidement possible à la demande qu'il allait formuler, sans quoi il risquait de voir une grosse affaire lui passer sous le nez. Il parla d'une voix imparfaitement neutre, imitation grossière de la voix claire et précise de son père lorsqu'il traitait avec une personnalité importante et désirait l'amener à choisir d'acheter sa marchandise. Cependant, si l'interprétation laissait à désirer, l'intonation de la voix ne prêtait, elle pas à confusion: il allait aborder un sujet délicat.

-Je crois que vous n'avez pas tout à fait saisi. Certes, l'acceuil que vous nous avez fait est on ne peux plus chaleureux, mais sa majesté n'est pas venue en Harad pour se détendre ou profiter de l'hospitalité des illustres seigneurs comme vous. Ma suzeraine est venue spécialement de Khyzilkum, et j'oserai croire que vous ne dédaignerez pas discuter avec nous dans une ambiance un peu plus... Confidentielle, si vous voyez ce que je veux dire. Il se peut que les paroles qui vont être échangées nécessitent toute notre attention et tout notre sérieux. Et elles ne doivent pas tomber dans l'oreille de n'importe qui, par ailleurs.

L'homme hocha la tête, et grogna pour chasser les filles, avant d'emmener le petit groupe dans une sorte de petit salon privé éclairé par des lampes à huile. La pièce était confortable, avec nombre de fauteuils, divans et poufs, et d'épaisses tapisseries de tissus richement brodés sur tout les murs. Au centre du cercle formé par les fauteuils et autres assises de grand luxe, se trouvait une table basse de bois savamment sculpté, de forme hexagonale, sous laquelle se trouvait des narguilés. La pièce était située au sous-sol, et avait un seul accès, fermé par un lourd huis de bois clouté, gardé par un homme armé du seigneur. Mais ce qui importait était surtout que la pièce était parfaitement calme et tout à fait isolée aux sons extérieurs, et donc aussi que les paroles échangées là n'iraient pas au delà des murs du salon, à moins de crier. L'homme s'avachit dans un sofa, faisant signe à la reine et à sa suite de prendre place. Puis, il proposa à tous un narguilé, qui permettait de détendre les esprits et de parler en étant "plus ouverts". Melek accepta avec joie le tuyau qui lui était tendu, et choisit un pouf pour s'assoir, s'assurant ainsi d'être moins haut que sa reine si elle s'asseyait sur autre chose qu'un pouf et que le seigneur haradrim sur son sofa. Après avoir savouré avec plaisir une bouffée de fumée, il prit la parole:

-Merci à vous, votre seigneurie, soyez sûr que son altesse apprécie votre sollicitude et a apprécié votre accueil. Mais, si vous le voulez bien, je vais maintenant lui laisser la parole pour passer aux choses sérieuses.

Puis il se tourna vers la sublime reine qu'il adorait, sans espoir que cela ne soit réciproque, et lui fit signe qu'elle pouvait maintenant parler et dire ce qu'elle voudrait.


Dernière édition par Irmo le Ven 20 Mai - 21:27, édité 1 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand


Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Mer 11 Mai - 14:18

J'étais absente. Mon regard, plutôt vague, s'envola avec la fumée de Melek dans un total manque de prestance et une impolitesse absolue. Heureusement, Melek eut le bon goût de prendre la parole cependant que je rêvassai, captant l'attention de l'assistance. La mienne demeura un instant happée dans l'observation des volutes grisâtre, hypnotisée, anesthésiée.
La vérité, c'était que mon corps n'était pas habitué à ce genre de substances - je m'abstenais systématiquement de toucher à cela. De fait, je me sentais assez... bizarre. Quelques minutes auparavant, en suivant notre hôte, j'avais eut le malheur de tomber dans un nuage de vapeur. Depuis, je me sentais mal. Réaction certainement excessive, puisque l'effet semblait agréable aux autres. Je devais ne pas être fabriquée normalement...



"...je vais maintenant lui laisser la parole pour passer aux choses sérieuses."


Je sentis brusquement les yeux de Melek et des autres se braquer sur moi et tiquai de la paupière. Hum! M'arrachant brusquement à la contemplation du panache gris, je croisai le regard du Melek, dont le froncement de sourcil indiquait qu'il avait noté que quelque chose clochait, avant de me détourner de lui dans un geste lent, presque traînant.
J'eus alors besoin d'une seconde pour rassembler mes esprits et commencer les négociations qui faillirent tourner au fiasco, d'ailleurs. Ma beauté magnétique, mon charisme et ma voix veloutée me sauvèrent; puisque la présence n'y étais pas. Heureusement, nous n'étions que dans une approche superficielle du projet, aussi parvins-je à me débrouiller malgré mon éloquence limitée et mon attention distraite. Puis Melek et les autres prirent le relais. Notre hôte semblait sous le charme et discuter sans me quitter des yeux; parfait.

Au vu des négociations qui allaient bon train, je parvins à m'échapper au bout d'une petite heure. Je prétextai une migraine avant de m'enfuir - purement et simplement. L'idée de revenir auprès de Kyros, à la fête, ne m'effleura pas. Je ne supportai plus toute cette fumée, ni les danseuses, encore moins tout ce clinquant ridicule... En réalité, je n'avais pas envie de m'amuser le moins du monde; seulement de respirer.
Je me mis alors à errer dans les couloirs frais, sans but particulier sinon de retrouver mes capacités mentales et d'être un peu seule.
En arpentant les couloirs déserts, je mis un peu de désordre dans mes idées: Impératrice Serenya, ou pas? Cela sonnait mal. Qu'est-ce que je faisais ici? Mince alors. J'avais besoin de sommeil. Il fallait que mes cauchemars cessent. Kyros, timidement, m'avais avoué qu'il avait cru que j'étais attaquée, il y avait deux jours de cela. Bon sang. J'eus également une pensée pour Aliandra, ma sœur jumelle, qui devait en ce moment même traîner en Rhûn avec notre Prince régent, elle me manquait.
Khand me manquait déjà. J'étais follement amoureuse de lui. Oh oui, follement... Il n'y avait rien de plus dans ma vie, absolument rien, et il ne pouvait rien y avoir de plus. C'était déjà beaucoup. Beaucoup trop. J'étais épuisée.

J'eus alors un long soupir, m'immobilisant au milieu d'un couloir désert. Délassant ma nuque tendue, je passai mes mains dessus dans un geste apaisant. Mes doigts passèrent alors sur un petit dessin à l'encre indélébile, de la taille d'une paume de bébé, représentant une arabesque complexe. Ah, l'entrelas de mon premier règne, celui de la rue... quelque chose de fort, de beau et de torturé. Quelque chose d'aussi vrai et excitant que ce tatouage sur la nuque...
Nouveau soupire, je secouai la tête et m'apprêtai à poursuivre mon itinéraire d'âme en peine lorsque j'entendis un raclement de gorge derrière moi. Melek. Je fis volte-face brusquement, médusée, troublée, sourcils froncé.


"Melek? articulai-je, en le fixant obstinément. Vous ne...? Non rien. Hum! Pourquoi est-ce que vous me regardez comme cela?"


Dernière édition par Irmo le Ven 20 Mai - 21:28, édité 1 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand


Messages : 33
Age : 23

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Mer 11 Mai - 23:15

Melek n'avait pas réellement compris pourquoi la reine avait manqué de faire prendre aux négociations un tour si hasardeux, mais l'essentiel était qu'elle avait su sauver ce qui pouvait encore l'être en public. Il était extrêmement gêné, et c'était un euphémisme, pour Serenya, car il savait combien sa place de reine comptait pour elle. Au fond de lui, Melek sentait pour la première fois un étrange sentiment, qu'il n'avait jamais connu auparavant, mais qui le forçait à agir comme il le faisait, à s'approcher de la reine, seul, étrangement gêné, et ce n'était pas seulement dû à la nature de ses sentiments pour la reine. Il baissa la tête quand la monarque tourna sa face magnifique vers lui. Il se sentit plus gêné que jamais, tandis qu'il avait l'impression que le nouveau sentiment le rongeait de l'intérieur. Il lui semblait prendre conscience d'avoir commis une faute grave envers la reine. Il n'ignorait nullement que la seule chose que Serenya aimait véritablement, en dehors de sa sœur (et encore, il ne savait rien d'elle), c'était sa fonction de souveraine absolue. Et Melek se sentait responsable de n'avoir pas vu que sa maîtresse aurait pu être mise en difficulté, et risquait de perdre la face devant ce seigneur haradrim, ce qui aurait été une calamité sans non pour elle, car elle aurait été déstabilisée, et donc décrédibilisée aux yeux des puissants. Pire, si la nouvelle avait ensuite filtré jusqu'au peuple khandéen, s'eut pu déclencher une révolte et la fin de son règne. Tout cela était entièrement sa faute, et il ne se considérait plus le droit de ne serais-ce qu'être regardé par Serenya, alors qu'il avait pris potentiellement le risque de lui faire perdre la seule chose qu'elle aimait en lui permettant de négocier en Harad. Il aurait du tenter de la dissuader d'entreprendre ce voyage. Il était seul fautif. Il devait payer, car s'il aimait réellement Serenya, il ne devait pas lui déplaire ou la mettre dans le moindre danger que ce soit, elle ou ce qu'elle aimait, or, cela faisait deux fois déjà qu'il avait manqué à son devoir, une fois de trop.
Rouge de honte, il déclara, d'une petite voix:

-Sublissime future impératrice de toutes les terres d'Orient, souveraine magnifique de Khand, j'ai le devoir de vous annoncer ma démission et de demander mon expatriation, qui sera effective dès notre retour à Khand, car je ne vous laisserai pas seule dans ces instants ou vous pourriez encore avoir besoin de moi. Je ne suis plus, ni n'est jamais été, je le sais maintenant, digne de vous servir, ni même de faire partie de vos sujets. En attendant mon départ, je resterai à l'écart de votre vue, sauf si vous me demandez. Et sinon, faites confiance à Kyros, c'est un bon garde du corps. A, oui, aussi... Je voulais que vous sachiez que vous êtes la plus grande monarque qui puisse être, car vous gouvernez par instinct, par nature, et un jour prochain, je le sais, vous marquerez à jamais l'histoire du monde. Certains sont nés hommes, d'autres femmes, mais vous, vous êtes née Reine. Vous n'aviez rien au départ, et vous avez un Royaume, et maintenant que vous avez un royaume, il vous sera facile de gouverner un Empire. Si vous me permettez un dernier conseil: continuez comme vous l'avez toujours fait: ne laissez jamais personne vous dicter de quelque manière que ce soit votre conduite, réprimez sévèrement toute forme de désobéissance, si infime soit-elle, car aucune contestation à votre autorité ne doit être tolérée. Vous êtes la souveraine absolue, ne n'oubliez pas. Tout homme ou femme, enfant, elfe, nain, créature ou objet sur cette terre vous appartiendra tôt ou tard, et même les dieux on peur de vous. Tous les êtres et leurs créations vous appartiennent. N'oubliez jamais cela.

Dans le ton des mots, Serenya put facilement, malgré son état, deviner sans se tromper le sentiment nouveau qui torturait Melek, à tort ou à raison, d'ailleurs... Il s'agissait de la culpabilité. Mais il avait parlé très sérieusement et exprimé sa vision de Serenya, telle qu'il la voyait, Reine avant tout. Sans attendre de réaction, Melek, après s'être incliné jusqu'à terre devant Serenya, se retourna vivement, et ne retint plus ses larmes, qui coulèrent abondemment sur ses joues maintenant que la reine ne pouvait les voir, et il partit rejoindre ses quartiers.
Il venait de renoncer à tout espoir de revoir la Reine de Khand un jour, après la fin du voyage, mais c'était mieux pour elle, se disait-il, car elle pourrait ainsi gouverner sans être plus embêtée par lui, et elle serait plus heureuse sans lui. C'était dur, mais il se tiendrait à sa parole.


Dernière édition par Irmo le Ven 20 Mai - 21:29, édité 1 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Krome La'hor Antara
Prince de Rhûn


Messages : 7

Fiche-personnage
Race et Origine: Homme corrompu
Bourse: 0'000
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Jeu 12 Mai - 17:46

Au milieu de tout ce bruit, seul Kyros restait muet. Voilà qu’on l’avait abandonné avec ces... sûderons. Regardant en l’air puis en s’adossant progressivement afin de voir ce qu’il y avait derrière lui, il finit par tomber sur le pouf. Le pouf ? Non, attendez... Ce qu’il sentait sous son crâne n’avait rien d’un coussin. Certes il y avait du tissu, mais après avoir enfoncé une première couche molle et fine avec sa tête, il sentit quelque chose de très dur et chaud. D’un air naïf, il se rendit soudain compte de ce sur quoi il était adossé. Comme pour confirmer ses pensées, un visage se sur le sien, un visage métissée aux airs félins mais doté d’une paire d’yeux bruns ovales. Deux mèches noiraudes vinrent pendouiller au-dessus de son front, puis une voix suave s’adressa à lui mêlée à un rire timide.

-Alors, vous vous ennuyiez ?

Bondissant, il tomba sur le coté. La jeune éclata de rire en reculant la tête. Que lui voulait-elle donc, cette danseuse haradrim ? Le confondrait-elle avec son frère ? Non. Il est vrai que Krome fréquentait les cours du sud et la ressemblance entre lui et Kyros n’était pas négligeable mais il savait que Krome avait disparu depuis longtemps... Se relevant, il garda le dos courbé, comme un animal méfiant.

- Je me nomme Hira. Comment vous appelez-vous ?

- Pourquoi vous le dirais-je ?

- Du calme, je ne vous veux aucun mal.

Alors que la fille faisait un pas en avant, Kyros lui, fit un pas en arrière. Il commençait à transpirer lentement. C’était bien la première fois qu’une fille l’abordait aussi bizarrement. Kyros montra les dents, férocement. Mais que lui arrivait-il enfin ? Jamais il ne s’était montré aussi inhumain face à une personne aussi pacifique à son égard. Là ou les autres l’avait jugé dès les premiers instants, cette fille ne prêta pas attention à son accoutrement et son regard. Il n’y avait qu’une seule raison qui pourrait expliquer sa réaction : Kyros paniquait. Était-ce la peur que Serenya découvre ce qu’il venait de faire ou celle causée par cette individu ?

- Vous avez l’air tendu, vous devriez vous asseoir à mes cotés.

Cette peur s’amplifia à ces mots. Voilà qu’il se mettait à trembler à présent. Il crut un instant perdre tous ses moyens, être paralysé par ces paroles. Pendant quelques secondes, ses jambes voulurent se défiler. Lui qui avait tant combattu dans les bas-fonds et les rues voulait s’enfuir devant une simple femme, et c’est ce qu’il fit. Attrapant sa rapière restée sur le coussin d’un bond, il détala comme jamais. Seul quelques personnes le regardèrent s’en aller vers les jardins. « Drôle d’homme, se dit-elle, il est très extravagant. Mais... il me plait. Nous nous reverrons, garde de Serenya. »


Dernière édition par Irmo le Ven 20 Mai - 21:30, édité 1 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand


Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Mer 18 Mai - 20:12

"... Et je refuse votre démission!"

Melek, comme foudroyé, se figea au milieu du couloir. Je ne voyais de mon stratège qu'un dos tremblant, aux épaules faibles; dont les qualités demeuraient indistincte. Plus d'une fois -ce qui était déjà trop- il m'avait déçue, mise en colère... Je n'avais aucun intérêt à le retenir, d'autant que je n'avais jamais eu besoin de personne. Pourtant, je venais de lui ordonner de rester. J'ignore pourquoi. Peut-être était-ce du au fait que je fusse droguée, pas dans mon état normal... Il me semblait indispensable que Melek reste, ce qui n'avait aucun sens.
Ce n'était pas Moi. Ce n'était pas Serenya.
Pourtant, j'étais obligée de le faire. Je le voulais.
Et je me sentis soudain très mal.

Melek se retourna lentement vers moi, son visage luisant étrangement sans que je parvienne à comprendre ce qui lui arrivait. Mon stratège était très flou, seul sa face irradiait d'une lumière démente; alors que le reste du décore prenait une tournure très déstabilisante. Les murs, le plafond, le sol devinrent très imprécis, vagues, et en l'espace d'une seconde... je m'effondrai.
Je m'étais brusquement sentie partir, évanescente. Mes épaules, accablées, s'étaient détendues pour la première fois depuis -trop- longtemps. C'était grisant. Si grisant à vrai dire que je m'étais laissée aller. Mes jambes s'étaient dérobées sous mon corps soudain fluet, fragile, humain, qui perdit toute sa superbe; mon cœur avait déraillé, épuisé. Avaient suivi mes yeux assassins qui se voilèrent, bientôt recouverts de mes paupières qui, lourdes, avaient obligé le Monde à me laisser.

Chancelant un instant, j'avais fait un pas en arrière, percuter le mur de plein fouet avant de m'écrouler au sol. Je ne sentis rien, rien du tout, sinon une étrange sensation de libération, de rien.
A terre, étendue de tout mon long, d'une vulnérabilité terrible, je semblai dormir. C'était quelque part le cas, évanouie, perdue dans un monde onirique noir, entièrement noir... où rien ne comptait. Et je me sentais libre. Mes erreurs, ma conscience, mes regrets, Melek, Kyros, tous ceux que j'avais brisés... tout cela s'était soudain évaporé. Tout était bien.
Mon visage, masque aux traits cruels, semblait apaisé, entouré d'un torrent de cheveux d'encre. Chacun de mes traits resplendissait, d'une beauté fragile, d'une beauté douce. Même la lumière du joyau de Kyros, contre ma poitrine, semblait plus tendre.

Et jamais je n'avais été si belle...


Dernière édition par Irmo le Ven 20 Mai - 21:30, édité 1 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand


Messages : 33
Age : 23

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Sam 21 Mai - 12:21

Melek ne se serait jamais attendu à cela. Tout d'abord, la reine avait refusé sa démission, ce qui lui paraissait au vu de son inutilité chronique. Puis, alors qu'il s'était retourné pour argumenter, il avait vu la souveraine chanceler, comme en proie à un soudain et terrible accès de fatigue. Ses yeux s'étaient alors clos, son expression détendue comme jamais auparavant. Melek eut immédiatement conscience que quelque chose n'allait pas. Il n'était pas normal qu'une monarque si forte se comporte ainsi, et surtout pas devant lui: il se passait quelque chose, et Serenya était peut-être en danger. Le Stratège par piston avait tenté de parler, gêné, sans qu'il sache très bien quoi faire ou dire:

-Mais que... Je... Heu...

Mais une fraction de secondes plus tard, la reine de Khand s'affalait sur le sol, inerte. Melek en eut le souffle coupé, puis une angoisse enorme l'envahit. Elle était peut-être morte! Jamais autrement la reine ne se serait trouvée ainsi sur les pierres d'un couloir, une expression si différente de toutes celles qu'il lui avait vu auparavant sur le visage, les cheveux en pagaille. Et pourtant elle était toujours aussi belle. Pris de panique, incapable de parler, Melek se précipita sur le corps de sa souveraine, et prit la main de la reine dans la sienne. Il ne profitait pas de l'impuissance de celle qu'il aimait, mais cherchait son pouls, car il voulait s'assurer qu'elle soit encore en vie.
Malheureusement, le coeur du Stratège battait tellement fort et tellement vite qu'il ne pouvait même pas sentir celui de sa suzeraine. Il ne pouvait se calmer, alors il choisit une autre méthode, plus facile. Il se pencha sur le visage de Serenya, n'osant jeter un oeil sur cette face qu'il adorait et qu'il ne pouvait se résoudre à voir si faible. Il lui semblerait que se serait un crime de la regarder dans cet état si contraire à ce qu'elle était normalement. Se concentrant, il écouta attentivement. Et ce fut pour lui une explosion de joie et de soulagement quand il entendit un léger souffle sortir des lèvres entrouvertes de la monarque, juste avant de le sentir sur sa peau. Remerciant il ne savait quels dieux, il se recula de quelques centimètres, se retrouvant agenouillé devant la reine, et contempla un instant son visage si merveilleux, oubliant tout le reste. Il était calme et paisible, resplendissant d'une beauté inégalée sur cette terre, au milieu d'une cascade aux contours mal définis de cheveux d'un noir de jais décoiffés, dont chacun valait aux yeux de Melek une livre d'or pur.
Puis il se ressaisit, et se rappela son devoir, se disant que de toutes manières, il n'aurait jamais la chance d'être celui qu'elle choisirait. Si elle choisissait quelqu'un, ce qui lui semblait plus qu'incertain, ce serait sûrement un roi jeune et beau auréolé de gloire et de puissance. Mais même cet homme ne serait rien comparé à Serenya de Khand.
Le Stratège appela, d'une voix forte, mais ébranlée:

-Kyros! Un médecin, vite!

Puis il plaça sous la tête de sa suzeraine son riche manteau de soie, pour faire une sorte d'oreiller.
Et il resta près du corps inanimé de la reine jusqu'à l'arrivée des secours...
Revenir en haut Aller en bas
Tarantio
Mercenaire


Messages : 13
Age : 23
Localisation : Grenoble

Fiche-personnage
Race et Origine: Haradrim
Bourse: 3000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Dim 22 Mai - 10:16

Tarantio marchait d'un bon pas dans la rue, repensant à la journée qui venait de se dérouler. Tout s'était bien passé : les préparatifs en vue de son départ étaient presque achevés, et il était allé percevoir une partie des dettes de jeu qu'avaient contracté envers lui des connaissances. Son budget revigoré de cet argent supplémentaire, Tarantio s'estimait plutôt heureux de ses affaires. Il marchait donc d'un pas volontaire et assuré dans cette rue, lorsque l'incident se produisit.

Alors qu'il arrivait devant la résidence d'un homme important de Harad, une agitation se créa au milieu de la chaussée. La main sur la poignée de l'une de ses épées, le bretteur s'approcha, observant la scène. Il crut d'abord qu'un groupe de débauchés, sortant d'une réception particulièrement bien arrosée, avait perdu connaissance au milieu de la route. Mais en s'approchant un peu, il lui sembla plutôt qu'une dame de haut rang avait chuté, inconsciente, à terre, et que ses gens s'affairaient autour d'elle. Visiblement, cela semblait grave. Un homme richement habillé se pencha sur la dame, prenant certainement son pouls, écoutant sa faible respiration, avant de demander à grands cris qu'on aille quérir un médecin. Tarantio sourit, amusé par la naïveté de ces étrangers, qui pensaient qu'un médecin allait se déplacer dans une ruelle aussi bondée pour soigner quelqu'un. Cet instant d'amusement passé, il reprit son sérieux, et, poussant un soupir blasé, se mit à jouer sans douceur des coudes afin de se frayer un chemin vers l'accident. Après tout, avec le nombre de combats qu'il avait remportés, avec le nombre de blessures qu'il avait déjà pu voir malgré ses vingt-et-un ans, il était certainement l'espoir le plus concret de cette dame à un kilomètre à la ronde.

Arrivant au lieu de l'incident, il alla s'accroupir au chevet de Serenya, avant de hurler à l'oreille de Melek, afin de se faire entendre malgré le brouhaha grandissant autour d'eux :

"Il faut la porter en un lieu plus calme ! J'habite à deux pas d'ici, au coin de la rue, dans la résidence que vous apercevez là-bas ! J'y ai ce qu'il faut pour la soulager !"

Melek le dévisagea un moment, hagard, comme s'il ne comprenait pas ce qu'on lui disait. Aussi Tarantio reprit-il de plus belle :

"Mais prenez-la dans vos bras, bon sang ! Je ne vais tout de même pas le faire moi !"

Alors, Melek sembla se réveiller. Il souleva Serenya de terre, avant de suivre Tarantio, qui ouvrit la voie jusqu'au lieu où il résidait.


***


Serenya fut portée jusqu'aux vastes et luxueux appartements que louait Tarantio depuis plusieurs mois déjà, grâce à la fortune considérable accumulée par ses gains toujours grandissants de victoires en tournoi. On la déposa sur un lit aux draps d'une soie délicate, légère et ondulante. Puis Melek recula, la mine soucieuse. Tarantio s'avança alors, vérifiant le pouls de Serenya, passant sa main sur son front afin d'avoir une idée de sa température corporelle, écoutant sa faible respiration. Il était conscient du fait que les deux hommes qui l'observaient ne devaient pas apprécier de le voir toucher leur "dame", quelle qu'elle soit, mais ils devraient s'en accommoder. Saisissant un mouchoir de lin, Tarantio l'humidifia de quelques gouttes d'eau froide, avant de le passer doucement sur le front de la dame. Tandis qu'il opérait, la voix railleuse de Dace lui fit des commentaires pernicieux sur le sublime corps de la dame, arguant que pareille beauté devait connaître au moins une fois dans sa vie l'amour de Dace, afin de ne pas rater quelque chose. Tarantio, gêné, occulta ces pensées du mieux qu'il put, s'efforçant d'ignorer les paroles de son sinistre alter ego. Laissant le foulard humidifié sur le front de la belle dame inconsciente, Tarantio s'éloigna de quelques pas, se retournant face à Melek :

"J'aurais tendance à dire qu'elle est sous le coup d'un étourdissement. C'est un phénomène assez courant chez les étrangers. Il est généralement dû à la chaleur trop élevée, mais il peut être provoqué par l'absorption de certains types de boissons ou de fumées. Elle a dû être étourdie par cette sensation étrangère, et le soleil aura achevé le phénomène, lui faisant perdre connaissance."

Se dirigeant de nouveau vers le réceptacle de pierre qui servait d'ordinaire de lave-mains, Tarantio y trempa à nouveau le linge de lin, avant de le passer délicatement sur le front, les tempes, le cou de la dame. Ce-faisant, il ne put s'empêcher de remarquer que Dace avait au moins raison sur un point : elle était fort belle. Puis il lui fit doucement couler quelques gorgées d'eau fraîche dans la bouche, la forçant ainsi à déglutir et à boire. Malgré la tension et la nervosité qu'il percevait chez Melek, il continua son travail... jusqu'à ce que Serenya ouvre de nouveau les yeux. Alors, Tarantio recula d'un pas, et, désintéressé, alla se rincer le torse et les bras dans un autre grand lavoir de pierre gravée, tandis que Melek se ruait sur la dame...
Et tandis qu'il se passait l'eau froide sur la peau pour se débarrasser des éventuelles impuretés de la journée, Tarantio entendit la voix boudeuse de Dace résonner dans son esprit :

"Tu n'es pas drôle."


Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand


Messages : 33
Age : 23

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Dim 22 Mai - 13:06

Melek, après avoir appelé un médecin, avait entendu un homme, un serviteur du maître des lieux, lui dire qu'un soigneur rennomé l'attendait au dehors, juste devant la porte d'entrée du palais luxueux, et qu'il fallait faire au plus vite, car cet homme était très préssé. Il avait alors transporté la reine, avec l'aide d'un serviteur du seigneur et d'un brancard. Mais, étrangement, une fois arrivé dehors, rien d'autre que la foule et l'agitation. Pire encore, le brancardier était reparti, emportant avec lui son brancard. Melek se trouvait donc dans la rue avec Serenya, en détresse, car tout pouvait arriver.

*Mais où était le médecin demandé!*

De toute évidence, le médecin promis était reparti. Il devait vraiment être très pressé... Melek, implorant de l'aide du regard, était prêt à tout pour sa suzeraine adorée. Dans cette rue bondée, il fallait bien qu'au moins un homme puisse les aider. La main sur la poignée de son sabre d'or incrusté de pierres précieuses, le Stratège se tenait prêt à défendre sa reine, fusse au prix de sa vie, contre toute agression. Mais il n'était pas un excellent combattant, et Kyros, sur ce point, aurait été plus utile. Lorsqu'un homme se présenta, déclina son identité et dit pouvoir les aider, Melek hésita quelques instants, puis accepta l'aide bienvenue. D'abord gêné à l'idée de porter Serenya dans ses bras (il s'en sentait indigne), il se resolu à le faire lorsque le nommé Tarantio mis l'accent sur l'urgence de la transporter en un lieu plus propice à l'examen médical.
Revenir en haut Aller en bas
Kyros
Garde du corps de la Reine de Khand


Messages : 17

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain
Bourse:
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Dim 22 Mai - 18:12

Kyros était revenu dans le palais persuadé d'avoir semé l'autre histérique. Il aurait du savoir qu'on ne se débarasse pas de la peste aussi facilement. Arrivé devant les quartiers de Serenya, c'était Hira qu'il retrouva, les bras croisés devant la porte.

- J'étais sûre de te trouver là.

- Qu'est-ce que tu fais ici?

- Ta reine a, comme qui dirait, eut un grave malaise.

- Quoi?

- Ils l'ont transporté dans une maison en dehors de l'enceinte.

Kyros, pris de fureur, dégaina sa rapière. Il posa le bout de la lame sous la gorge de la jeune fille. Péniblement, elle avala sa salive.

- Ils ont osé la transporter ?!

- Qu'est-ce qui te prend bon sang. Je ne te veux aucun mal. Tu le sais pourtant.

- Dis-moi ou se trouve cette maison, Immédiatement !

Hira, les yeux grands ouverts, ne put prononcer d'autres mots. Et tandis que Kyros perdait tous sens moral et s'apprétait à la tuer en enfonçant son épée, il put distinguer des cris et un vacarme s'élever au-delà de la muraille. Il se tourna vers l'ouverture dans le mur qui servait de fenêtre et s'y précipita, sans tenir compte de la hauteur ou même de qui se trouvait dessous.



Dans la foule, plusieurs avaient reconnus la reine de Khand, mais personne ne prononçait son nom. On échangeait, parlait, appelait à tout va. Des enfants pleuraient. Tous convergeait vers un seul bâtiment: une batisse plutôt luxuriante qui se divisait en plusieurs étages. Quelques soldats avaient fermer la zone, trop peu de soldats. Ils avaient du mal à contenir tous le monde. C'est alors que la foule commença à se dissiper, quand des cris encore plus forts et horribles que les précédents éclatèrent. On voyait depuis les balcons un trait de sang se dessiner et diviser les personnes à proximité en deux groupes. Tous s'écartait tandis que les gardes se rapprochaient inconsciemment. Ils tombèrent comme les autres, l'abdomen percé ou tranché.

Son regard vermillon se posa sur l'entrée de l'habitation. La voie pour lui était dégagé, il ne prit même pas la peine d'ouvrir la porte. Un coup dans la serrure suffit à la faire tomber. Avec la férocité d'un ours enragé, il chercha Serenya, détruisant tous, renversant les meubles, les tables et brisant les jarres si finement décorées comme de vulgaires os. Tous s'accéléra d'un seul coup, Kyros enfonça encore une porte, celle de la pièce ou l'on avait allonger Serenya. Elle murmura un "Kyros" inaudible.

Il fonça sur Melek et lui donna immédiatement un coup au visage. Le choc fut si violent qu'il tomba à terre et lâcha son sabre. Puis Kyros l'attrapa à la gorge de ses griffes d'acier recouverte de sang et enfonça ses doigts crochus dans la chair.

- Sale traitre, je savais qu'on pouvait pas te faire confiance, à toi et tous les autres de ton espèce. Voila pourquoi je déteste mes origines.

La bave de rage qui sortait de sa bouche était envoyé par éclat sur le visage du stratège serpent.

- Tu as osé la transporter jusqu'ici, tu as osé la toucher ! Celle-ci, vous ne me la prendrez pas! TU M'ENTENDS ?
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand


Messages : 33
Age : 23

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Dim 22 Mai - 20:50

L'homme nommé Tarantio avait effectivement agi comme il l'avait dit: il avait diagnostiqué un simple malaise, puis avait remis Serenya à peu près en état. Du moins avait-elle repris ses esprits. Melek s'approcha de l'adjuvant bienvenu, à savoir Tarantio, lui parla, d'une voix chalereuse, comme à un ami.

-Hé bien hé bien! Quel journée, hein l'ami? A, il faudrait que je vous raconte, mais je devrais aussi m'occuper de sa majesté lorsqu'elle sera en état de se lever. En tout cas, merci pour tout, ça fait plaisir des gens comme vous, prêts à rendre service dans une cité comme celle-ci. C'est rare, et je me dois de me remercier et de vous féliciter.
Votre action, que vous l'ayez faite dans un but intéressé ou non, mérite récompense. J'intercèderai presonnellement en votre faveur si vous voulez briguer un poste de haut rang en Khand, et je raconterai à la reine la précieuse aide que vous nous avez dispensée. Et, de ma part, si vous voulez, je puis vous offrir de l'argent, beaucoup d'argent, ou alors des biens, ou même un service. Je puis vous obtenir n'importe quoi qui s'achète sur cette terre. Et presque tout s'achète en ce bas monde.
Ca me ferrai vraiment plaisir, en attendant, de mieux vous connaître. Si nous parlions autour d'un pichet de vin, qu'en dites vous?


Alors que Tarantio s'apprêtait à répondre, la porte de la maison claqua violemment. Melek, eu à peine de se retourner vers la porte de la pièce, portant la main d'un geste peu instictif et beaucoup trop lent sur la poignée de son riche cimeterre, qu'une tornade le renversa au sol, impuissant, son arme éjectée un peu plus loin. Il crut un instant à un assassin, voulu parler pour proposer une somme d'argent mirobolante en échange des vies des personnes présentes, mais l'homme parla d'une voix que Melek connaissait: celle de Kyros. Ce fut presque avec soulagement qu'il sentit ses griffes s'enfoncer dans son cou. Le garde du corps, déjà fou normalement, était dans une fureur indescriptible. Melek n'aurait pas été étonné qu'il vive là ces derniers instants, ce qui lui insufla une peur palpable, mais le plus important à ses yeux était que, Kyros présent, Serenya était hors de danger. Le garde du corps semblait plus que loyal envers la reine, et lui ne faillirait pas, pas comme le stratège l'avait lui-même déjà fait, selon lui-même.

- Sale traitre, je savais qu'on pouvait pas te faire confiance, à toi et tous les autres de ton espèce. Voila pourquoi je déteste mes origines. Tu as osé la transporter jusqu'ici, tu as osé la toucher ! Celle-ci, vous ne me la prendrez pas! TU M'ENTENDS ?

Kyros était vraiment très remonté, et si Melek jugeait son reproche fondé sur le fond, il perçu aussi un léger accent de folie dans l'avant dernière phrase: "Celle-ci, vous ne me la prendrez pas!". Autant qu'il puisse le savoir, il n'avait rien pris à Kyros, et certainement pas une femme. Le Stratège, secoué, répondit à Kyros, par saccades, car il avait du mal à respirer:

-Tu... Tu as raison, Kyros... On ne peut pas me faire confiance... On ne doit pas me faire confiance, même...

Melek eut un petit rire saccadé sur ces mots, puis, il reprit:

-Je ne suis, ni n'ai... Jamais été digne de la toucher, c'est vrai... Mais il le fallait, pour la soigner... C'est cet homme qui l'a soigné... Il se nomme Tarantio et c'est... Un ami... J'ai failli, je le sais... Mais n'ai crainte... Je vais partir bientôt... Je présenterai ma démission à la reine lorsqu'elle ira m... Mieux. Elle l'a déjà refusé, mais je crois qu'elle n'était pas dans son état normal... Cette fois, elle ne dira pas non... Elle me punira même sûrement, et... Avec un peu de chance... Tu pourras me tuer, comme tu le souhaites... Je te la confie, Kyros, prends soin d'elle... Moi, je ne suis rien...

Et Melek se tut, attendant une réaction, son regard se promenant dans la pièce, sur Tarantio, qui était debout à moins d'un mètre, près de la table où ils avaient entammé leur conversation (il s'était levé de la chaise où il avait pris place avant l'arrivée de Kyros), Serenya sur le lit, à deux mètres, et Kyros sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand


Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Ven 3 Juin - 12:56

La colère enflamma mon corps, à l'instant même où ma conscience revint -avant même que je n'ouvre les yeux. Les sons, couleurs, parfums et sensations explosèrent en même temps qu'elle, irrépressible et insoutenable. Je me haïs.
Bon sang!
Sans que je me souvienne avec exactitude des évènements, j'en saisissais la teneur. J'avais été faible, et je m'étais effondrée devant mon stratège. La dernière image que j'avais, gravée dans mon esprit, était celle de son visage brillant au milieu d'un terrible vortex. La suite? On avait éteint la lumière. Durant un laps de temps encore indéfinissable, j'avais été à la fois sourde, muette, aveugle -morte.

J'ignorai, à présent, si j'étais heureuse de retrouver l'aveuglante lueur du jour, l'écrasante chaleur et cette impression de poids sur ma poitrine... Je crois que non.
Je crois surtout que j'avais une énorme problème, que je devais résoudre avant... que la situation ne dérape, irrémédiablement. Car je savais que ce qui s'était produit ce jour-là, c'était le résultat d'un besoin fou de tout contrôler, de me prouver que je pouvais le faire; qui me poussais au surmenage et à passer mes nuits à hurler dans mon immense lit vide.
Et j'étais également consciente que, cette fois, j'avais eu de la chance.

***

Omondieu...! Un visage inconnu était penché sur moi. Mon coeur tomba dans un gouffre. Deux énormes yeux couleur nuit me fixaient avec une intensité saisissante; et ce fut la vision de la mâchoire de Melek qui m'évita la crise nerfs.
Inerte, après un instant de stupeur, je retombai sur les oreillers et y fichai mon visage. J'attendis bêtement que Kyros vienne vers moi, mais il n'était pas là. Il brillait par son absence, puisque d'ordinaire, je ne lui prêtais pas grande attention. Mais lorsque mon garde du corps fêlé n'était pas là, j'avais l'impression qu'il manquait quelque chose - qu'il me manquait quelque chose.
En fait, personne ne vint. Même pas Melek. Même pas Melek ! Mon coeur se serra. Mon stratège discutait un autre homme, Kyros n'était pas là et ma soeur jumelle, la moitié de moi-même, était loin. J'aurais tant aimé qu'elle soit là... Elle était la seule à savoir...

Là, un énorme fracas se fit entendre du côté de la porte d'entrée. Mon sang ne fit qu'un tour en entendant un souffle rauque, en sentant une aura de puissance - de surpuissance - se répandre dans la pièce, de même qu'une étrange odeur féline...

"Kyros..."
Hélas, mon garde du corps ne m'écouta pas, et tout se passa en un éclair. Kyros était dans une fureur monstre, rien ni personne ne pouvait l'arrêter : ses prunelles étaient folles, ses griffes teintées de sang. Il fonça droit sur Melek, si vite que mon stratège n'eut pas le temps de réagir qu'il était violemment projeté à terre. Puis Kyros, dans un élan de démence indescriptible, saisit Melek et enfonça dans sa gorge ses griffes acérées. L'autre ne bougea pas, il semblait presque... soulagé.
C'est alors que mon protecteur, secouant Melek, se mit à débiter des paroles insensées, auxquelles je n'aurais rien compris si son intonation n'avait pas été si claire : c'était la paranoïa, et surtout la jalousie qui dominaient.

Et tout ce que trouva à faire Melek, ce fut de se défiler, pour changer!

Sachant que ses supplications n'auraient aucun effet, je décidai alors de réagir. J'étais la seule à avoir un total contrôle de Kyros, et je refusai de voir couler le sang pour une stupide affaire de passions humaines. Voilà donc où menaient les sentiments ! Cette pensée me fit recouvrer mes esprits.
Bondissant souplement du lit, sans me préoccuper du malaise qui me prit alors, je rejetai en arrière ma lourde chevelure et pointait un doigt menaçant vers les deux hommes au sol. Ils tournèrent des yeux écarquillés vers moi. C'était très étrange, mais j'avais l'impression d'avoir affaire à deux adolescents particulièrement enflammés et turbulents... Je m'adressai donc à eux comme à des gamins, d'un ton réprobateur:


" Melek, Kyros, ça suffit ! Je suis las de vos querelles. Kyros, lâches-le tout de suite, je ne suis pas un objet, je ne t'appartiens pas, d'accord ? Arrêtes j'ai dit, sinon je m'en vais. Et vous, stratège, un peu de dignité, relevez-vous ! Êtes-vous des enfants, pour vous battre de la sorte? Je vais bien, Kyros; Melek m'a seulement porté secours. N'est-ce pas? "

Mais l'interessé, humblement, fit non de la tête en évitant mon regard. Kyros, lui, fit profil bas et alla se terrer dans l'ombre, la mine sinistre. Les deux hommes ne dirent plus un mot.
J'eus alors un soupire las, et me détourner du stratège et de mon protecteur pour me tourner vers la quatrième protagoniste - que, non, je n'avais pas oublié. Un guerrier, sans aucun doute, à en juger par sa silhouette athlétique et séduisante. Richement vêtu, il était cependant à noter que sa peau légèrement hâlée devait être le résultat de longs voyages... Un mercenaire, peut-être ?

Tout en le détaillant de haut en bas, je fis le lien entre le linge humide posé près d'un réceptacle et sa présence. Un regard à Melek m'informa que c'était cet inconnu qui m'avait porté secoure. J'eus alors un sourire imperceptible, m'approchant lui de ma démarche ondulante :

" Alors, c'est toi qui m'a porté secours ? Dis-moi qui tu es, tu mérites d'être récompensé... comme il se doit, déclarai-je en agitant la main dans un geste soulignant l'évidence. En échange de ta discrétion quand à cet incident, naturellement, j'ai une réputation à tenir : je suis Serenya, reine de Khand et du coeur des Hommes, et je peux exaucer tous tes désirs, guerrier. "
Revenir en haut Aller en bas
Tarantio
Mercenaire


Messages : 13
Age : 23
Localisation : Grenoble

Fiche-personnage
Race et Origine: Haradrim
Bourse: 3000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Ven 1 Juil - 17:29

Tarantio avait déjà su deviner que la dame qu'il avait secourue était d'un haut rang, mais il fut tout de même un peu surpris de découvrir en cette personne la reine d'un royaume voisin ! Alors qu'elle se rapprochait de lui, Dace susurra dans l'esprit de Tarantio des idées peu reluisantes, lui conseillant d'agir impulsivement, et de satisfaire son désir. Mais Tarantio connaissait depuis longtemps les motivations de Dace, aussi conserva-t-il le contrôle, et, d'une légère inclinaison de la tête, il salua les paroles de Serenya, marquant ainsi un certain respect. Puis, touché malgré lui par le tutoiement employé par la reine, le jeune homme parla d'une voix égale :

"Je me nomme Tarantio : je suis maître épéiste. Je vais de contrées en contrées, et j'ai récemment remporté plusieurs tournois, comme celui de la Cour des Maîtres."

Le tournoi dont il faisait mention était un concours de duels entre épéistes de très haut niveau, qui se tenait tous les ans en Umbar. Cette dernière phrase, quoique un peu prétentieuse, fut accompagnée d'un léger sourire amusé. Décelant comme un encouragement à poursuivre dans le regard de Serenya, Tarantio persévéra, avec cette fois une modestie délibérément plus marquée :

"Or donc, je suis ce qu'on pourrait appeler un épéiste relativement doué... On m'engage généralement comme champion lors de querelles entre nobles, ou bien comme maître de garde rapprochée... Disons que j'ai une réputation très solide dans le milieu, et une vie assez aisée, de fait."

Alors même qu'il parlait, le jeune homme de vingt-et-un ans sentait battre son cœur plus vite qu'il n'était habituel... et Dace fit son retour, d'une voix railleuse :

"Haha, je le savais ! Frérot, tu es si facile à comprendre... Mais pourquoi n'agis-tu pas ? Je le vois bien, tu es fou d'amour pour elle, espèce de benêt romantique ! Alors, n'oublies pas que je suis là ! Elle t'a proposé n'importe quelle récompense... Demandes-lui donc une nuit avec elle, et laisse-moi m'occuper des détails ! Au pire, si tu as peur, je peux agir à ta place..."

Tarantio se voyait mal, toutefois, demander à une reine de coucher avec elle... Mais Dace avait raison sur un point : il était certainement un peu amoureux de cette dame. Un peu. Aussi, repensant à la question de Serenya quant à sa récompense, il dit seulement, son regard intensément rivé à celui de Serenya :

"Actuellement, je n'ai d'obligations ni de contrat envers personne, mes services sont disponibles, et je puis donc mettre mes lames à votre service. Ce serait un véritable privilège que de défendre votre honneur."
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand


Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Ven 29 Juil - 23:11

Un sourire m'échappa. Malgré l'étrangeté - l'absurdité - de la requête de mon sauveur, il m'étais impossible de ne pas m'en retrouver charmée, intriguée. Tarantio venait de parvenir à exciter mon intérêt, ce qui était un exploit en soit... Une rafale de questions s'imposa à mon esprit.
D'abord, que voulait-il, exactement ? Me protéger, défendre mon honneur... Être mon champion. Mon champion. L'idée me sonna comme déstabilisante. Jamais je n'avais songé à agir autrement qu'à coup d'assassinats et de terreur, certainement un reste de "ma vie d'avant". Je n'étais pas une femme d'honneur, mais une dictatrice féroce - n'ayons pas peur des mots - doublée d'une ancienne hors-la-loi.
Et pourtant, j'étais tentée d'accepter.

En réalité, seule une question me troublait : pourquoi ? Pourquoi Tarantio, qui possédait l'argent, le pouvoir et la gloire, avait-il pour seul désir celui de devenir mon champion ?
Mes yeux dans les siens, je cherchai la réponse. Sans succès. Les prunelles d'un bleu profond du jeune homme étaient insondables, autant que son âme. La façon qu'il avait de me regarder... me fit perdre le fil de mes pensées. Rares étaient ceux qui osaient river leur regard au mien avec tant d'assurance et d'intensité. Peut-être même Tarantio était-il le premier... J'avais envie d'essayer.


"Soit, acceptai-je machinalement, sans même m'en rendre compte. Si tel est ton souhait, Tarantion, j'y accède. Mais tu dois d'abord savoir certaines choses ..."

Je laissai un instant ma phrase en suspens, prenant le temps de choisir mes mots. J'avais mes conditions. Devenir si proche de ma personne n'était pas si simple. Je n'étais pas n'importe quelle reine. J'étais Serenya. Un contrat avec moi, c'était en engagement moral à vie. A vie.
Et il était impossible de revenir en arrière. Une promesse, c'était indéfectible. On se retrouvait à jamais lié à moi, dans la vie ou la mort. On m'offrait son coeur. On commençait en m'adorant. On finissait par en devenir fou.
Tarantio était-il prêt à jurer qu'il acceptait ce destin ? J'allais le savoir.


"Tu serais à moi et rien qu'à moi toute ta vie, Tarantio. Tu devrais me donner ton coeur... Sais-tu ce que tu fais, au moins ? Si tu me jures maintenant ton éternelle fidélité, il n'y aura pas de retour en arrière possible. Tu seras à moi."

J'avais martelé ces mots d'un ton tranchant, ferme. Le jeune homme devait savoir qui j'étais. Je lui laissai une seconde, le temps de rejeter en arrière ma lourde chevelure noiraude, sans le quitter des yeux. Je devinai qu'il réfléchissait, vite, à l'étincelle vive allumée dans son regard. Il semblait hésiter. Un tic nerveux agita ma paupière droite, et me fit réaliser que mon corps d'ordinaire délié était d'une raideur presque douloureuse.
Je voulu en finir, alors. Oui ou non. Les options étaient simplissimes. Oui ou non. Sur la défensive, je m'éloignai légèrement de lui. Oui ou non.


"Tu sais ce que tu as à faire, Tarantio..."
Revenir en haut Aller en bas
Tarantio
Mercenaire


Messages : 13
Age : 23
Localisation : Grenoble

Fiche-personnage
Race et Origine: Haradrim
Bourse: 3000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Lun 29 Aoû - 16:46

Tarantio réfléchit en un éclair aux différents intérêts de la position qu'il venait de demander à l'instant : le statut de champion d'une reine était extrêmement couru, pour quelqu'un de sa profession. En effet, un épéiste ne pouvait rêver mieux ; tout le poussait donc à valider cette demande qu'il venait de faire. Le regard profond de Serenya retenait le sien, tandis que les paroles de la reine résonnaient encore dans son esprit : ainsi, il s'engageait à donner son cœur à Serenya, à lui appartenir, à être son champion jusqu'à sa mort. Et cela lui convenait, il était d'ores et déjà prêt à tout pour la sécurité de la Reine de Khand.

"Tu es surtout prêt à tout pour rester auprès d'elle, frérot. Pour moi qui te connais, tes sentiments sont évidents, même si tu refuses de les admettre..."

Dace avait parlé, son ton narquois emplissant la tête du jeune homme. Indisposé, Tarantio chercha mentalement à "écarter" Dace, comme on chasserait un moucheron. Toutefois, le double du jeune duelliste de vingt-et-un ans ne se laissa pas évincer tout de suite, et ajouta un dernier commentaire avant de retourner dans son état de veille proche du sommeil :

"Tu me fait rire, frérot. Nous avons tous deux exactement le même âge, et je suis plus proche de toi que n'importe quel autre être humain. Je sais ce que tu ressens, n'essaie pas de me le cacher..."

Tarantio ne tint pas compte des désagréables commentaires de son jumeau spirituel, et mit un genou en terre devant Serenya, le regard toujours rivé à celui de la reine, ne se rendant innocemment pas compte du fait que l'étiquette aurait voulu qu'il baisse les yeux. Mais cela n'avait pas l'air d'indisposer Serenya, qui semblait chercher à lire dans son esprit comme dans un livre, par le biais des émotions que pouvaient exprimer ses yeux bleu sombre. Un genou en terre, donc, le jeune homme déclara doucement :

"En ce jour et cette heure, je jure totale allégeance à ma Reine, Serenya de Khand, et je promet sur ma vie de défendre son honneur, jusqu'à ce que la mort me prenne, ou que ma Reine en décide autrement."

Revenir en haut Aller en bas
Kyros
Garde du corps de la Reine de Khand


Messages : 17

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain
Bourse:
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Mer 31 Aoû - 13:15

Et le monde s’arreta pour Kyros. Cette discussion était bien plus que ce qu’il pouvait supporter. L’écho de leur voix résonnait dans sa tête, chaque mot frappait son esprit, tel le battant d’une cloche, partait en vibrant puis revenait et tapait à nouveau, encore et encore jusqu’à ce qu’il craque et finisse par exprimer sa douleur en un hurlement abominable qui lui rompit la gorge.
Il titubait dans la pièce, ne sachant que faire, se tenant le crâne des deux mains et contractant de manière saccadée ses muscles qui expulsaient ses veines jusqu’au derme. Ses pupilles devinrent peu à peu rouges, comme un avertissement de son métabolisme. S’il ne s’arrêtait pas sous peu, son corps allait le faire, en ne conservant que ses instincts primaires. C’en était trop. Se dirigeant vers une fenêtre, il s’y précipita et sauta. Il attrapa le rebord de ses doigts métalliques et utilisa ses jambes pour se propulser violemment. On aurait dit un félin sautant d’une branche.

Deux gardes arrivèrent ensuite, avec des lances et des boucliers, au même instants ou il s’en alla. Ils le virent décoller, mais ne pas atterrir. L’un d’eux courut pour voir ou le fugitif était tombé et l’autre, affolé et à bout de souffle tenta néanmoins de questionner les témoins.

- On nous a alertés... un assassin... a pénétré ici. Ou est-il ?


Apercevant Serenya, il fut confus d’être aussi bafouilleur et bruyant.

- Oh votre altesse, veuillez me pardonner, je ne savais pas que vous étiez ici. Tout le monde vous cherche. J’ai une mauvaise nouvelle pour vous... . Je vous ai vu... vous et votre garde ce matin... . Cette après-midi... il a menacé une servante avec son arme et s’en est allé. Personne ne l’a retrouvé, pas même dans les bas-fonds.


Dernière édition par Irmo le Mer 31 Aoû - 19:59, édité 1 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand


Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Voyage en Harad   Ven 2 Sep - 18:03

J'avais toujours su que ce jour finirait par arriver, au fond de moi. Je pense même que depuis ma rencontre avec Kyros, il ne s'était plus écoulé une heure sans que j'y songe : mon garde du corps était cinglé, et viendrait le moment où je ne pourrai plus le contrôler. Il n'empêche que l'idée de le renvoyer ne m'avait pas effleurée, non. Jamais. Pourtant, il était clair que Kyros était déséquilibré et qu'il n'était certainement pas prudent de le garder avec moi; d'autant que je connaissais ses "sentiments" à mon égard.
Au cours de mon règne, nombreux avaient été les avisés qui avaient eux aussi compris que Kyros pouvait être très dangereux. Melek faisait partie de ces gens-là. Et je leur avait rit au nez... tout simplement parce je n'avais pas le choix.

Kyros était le meilleur, ça, je l'avais compris au premier regard. Si je me promenai en robe légère plutôt qu'en cuirasse blindée, ce n'était pas un hasard : avec Kyros, il ne pouvait rien m'arriver. Nombreux étaient ceux qui voulaient ma mort, sans mon garde du corps je serais morte dix fois ! Ce fou m'était indispensable. Absolument indispensable.
Je devais le retrouver à tous prix. Sinon, je n'avais plus qu'à proposer à Tarantio et Melek de m'aider à creuser ma tombe.


"Eh bien c'est parfait, lâchai-je entre mes dents. Melek, Tarantio, nous partons tous les trois dès maintenant. Je sais où ce cinglé irait se cacher... je le connais bien."

Évidemment, Melek sembla révolté, sur le point de protester, et ses jolis yeux bruns sortirent de leurs orbites. Je l'arrêtai d'un sourire glacial, avant qu'il ne se mette à débiter un tas d'arguments et à avoir raison.
Oui, c'était folie que de se lancer à la poursuite d'un malade, violent et capable du pire; surtout pour une Reine. Mais le laisser filer aurait été encore pire, sans aucun doute. Et puis c'était l'occasion de tester Tarantio, mon champion.
J'avais très envie de savoir ce dont il était capable... Quand à lui, je devinai qu'il était fort désireux de m'en mettre plein la vue.


"Je vais enfiler une tenue plus pratique, et nous sommes partis. Faites préparer le nécessaire, messieurs."

Ce-disant, je rejoignis la porte sans leur accorder un regard de plus. En fait, je savais que leur présence, surtout celle de Melek, allait d'énerver Kyros plus qu'autre chose; et que les risques étaient énormes pour eux. Bizarrement, cette ultime perspective ne m'enchantait pas. Pas du tout.
Moi, j'avais encore l'espoir que Kyros m'écoute et qu'il revienne à la raison. Hélas, j'avais l'intuition que cette crise... risquait de ne plus jamais s'arrêter.

Oui, j'avais toujours su que ce jour finirait par arriver... mais ce que je n'avais pas prévus, c'était ce qui était sur le point de m'arriver, à moi...

[Sujet bouclé.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage en Harad   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage en Harad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gens du voyage
» Mordor ou Harad
» La grande Muraille de Harad
» Arrivée du homme du harad à Osgiliath
» Voyage de Bougainville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en terre du milieu ! :: 
Régions de la Terre du Milieu
 :: Territoires maléfiques :: Le Harad
-
Sauter vers: