Bienvenue en terre du milieu !

-Faites évoluer votre personnage en vivant en Terre du Milieu-
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Serenya
Reine de Khand
avatar

Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Jeu 6 Jan - 21:33

[Je campe le décor en vitesse. Messieurs, postez pour me rejoindre, j'enchaînerai en entrant dans le vif du sujet.]

"Ma Reine...?"
"Allez me chercher Balian, je le veux ici dans dix minutes. Ah, et si Melek est dans les parages, attrapez-le. Il est sensé être stratège, je crois."


Je ne l'entendit même pas s'éclipser, absente. Mon regard était tout à la contemplation du Soleil couchant, mon ouïe concentré sur la petite brise qui se levait et mon esprit vagabond. Il se promenait, analysant les nobles s'inclinant devant moi, mes jardins resplendissant à lumière dorée du Soleil ou encore l'horizon; où Khyzilkum s'étendait à perte de vue. A mes pieds.
Nonchalement assise sur les marches de marbre, devant la Grande Porte du Palais, je rêvaissai. A mon côté, Kyros était également appuyé contre les marches, je sentai son regard rivé à mon profil. Je semblais capter le Soleil, ma peau cuivrée étincellant à la lueur mourrante des derniers rayons.
D'ici une ou deux heures, il ferait nuit. Déjà. Je ne voyai plus le temps passait, c'était affolant.

J'avais l'impression de m'être levée il y avait à peine une heure et voilà que je retrouvai au crépuscule... Qu'avais-je fait, aujourd'hui? Une discussion interminable avec mes abutis de comptables et une descente dans les bas-fonds de la citée. Il était terriblement frustrant de faire la moitié de ce qu'on envisageait dans la journée. J'étais entourée d'imcompétents. Entre mes comptables qui s'acharnaient à m'agacer et mes espions très peu professionels dès qu'ils se retrouvaient en face de moi; je me sentais bien mal entourée.
Peut-être étais-je quelque peu exigeante. Et alors? En attendant, j'avais perdu ma journée pour m'entendre dire des sottises!

Fronçant le nez, je rejetai en arrière mon long voile de cheveux noirs pour chasser ma mauvaise humeure. Présentant mon visage au Soleil, je me laissai envahir d'une tièdeur apaisante. Le crépuscule était mon moment favoris de la journée, pour une raison très significative: Lorsque j'avais été déclarée Reine de Khand, c'était le soir. Je me souvenai parfaitement de la première fois que je m'étais penchée à mon balcon, contemplant mon royaume à moi toute seule...
J'avais alors senti mon coeur s'emballer; j'étais tombée amoureuse de Khand dès que je l'avais poser mon regard de Reine dessus. Mon royame était si beau, baigné dans le l'or et le sang du Soleil couchant!
Cette pensée fit naître un sourire en coin sur mon visage impassible. Allons bon, tout n'était pas si vain.

Et avec Balian, j'avais tout à gagner. Il était l'une des rares personnes à la hauteur, ici et s'avérait toujours satisfaisant. Il n'avait jamais fait de pas de travers, j'étais certaine de bien terminer ma journée avec lui. Ensemble, nous nous entendions toujours. J'étais certaine qu'il serait parfait, de toutes façons il n'avait pas le choix.
Quand à Melek... Disons que j'évitai les a priori, mais j'avais toujours entendu parler de lui comme d'un pervers. Je ne le croiser que rarement, malgré le fait qu'il m'arrivait de me retourner et de le trouver appuyé contre un mur à quelqus mètres de moi, à m'observer. Et puis je ne l'avais jamais testé en temps que stratège. C'était donc l'occasion.

Du roi de la jungle il singeait les grands airs mais du coq prétentieux, il avait les manières.
Un petit rire m'échappa lorsque Kyros se râcla la gorge. Tournant mon regard vers lui, je le vis m'indiquer d'un signe de tête le Palais derrière nous. Recouvrant tout mon sérieux, je me retournai.
Ces messieurs étaient arrivés.
Revenir en haut Aller en bas
Kyros
Garde du corps de la Reine de Khand
avatar

Messages : 17

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain
Bourse:
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Jeu 6 Jan - 23:10

Kyros secoua la tête, les rayons du soleil lui tapant sur le front. La journée avait été longue pour lui, il avait passé son après-midi à tenter de rester éveillé. Les longues heures du jour l'ennuiait, lui qui était si vif, si plein d'énergie et qui avait besoin de la dépenser. Il avait souhaité courir dans les jardins tout le jour, les servantes le regardant s'agiter de part et d'autre de la cour du chateau. Elle le montrait du doigt depuis les balcons, disant: "Encore ce fou, comment notre reine peut-elle le supporter?" . La réponse était pourtant simple: à ses cotés, Kyros restait, enfin tentait de rester calme. Il arrivait qu'il se laisse distraire par les deux gros matous qu'il lui avait offert et gaspillait quelques temps à jouer avec eux, lorsque Serenya n'était pas en zone de probables dangers. Tout deux ne le blessaient pas, ils avaient appris à le connaitre, tout comme la souveraine de Khand avait appris à être patiente avec son garde du corps. Voila plusieurs mois déjà qu'il demeurait dans ces lieux. Toujours aussi fou, toujours aussi hanté par ce désir...

Etre en compagnie de Serenya accélèra quelque peu le temps. Il perdait nombre de minutes à la regarder, comme à cet instant précis. Il fixait son visage, se demandant quel songe avait-elle en tête. Quel pays envisageait-elle d'annexer, qui pourrait lui résister? Il donna un petit coup de pied dans une roche qui s'était fais emporté par les pluies et avaient atteris au pied des marches. Elle arriva aux cotés de Serenya qui le regarda. Kyros la regarda quelques secondes, avant de détourner les yeux, intimidé. Qu'y aurait pu croire que derrière ce cinglé à la rapière facile se camouflait un homme blessé.

Kyros grogna à voix basse. Ces deux oiseaux gachaient ce moment si précieux pour lui. Ne pouvait-il pas flaner dans les couloirs et arriver un peu plus tard? Bien sur que non, quand Serenya éxige quelques choses, tout le monde se plie en quatre pour lui donner. Cette fois-ci, elle désirait s'entretenir avec ses conseillers, et les deux arrivèrent, discutant entre eux. Kyros fit signe à sa maitresse. Lorsqu'ils arrivèrent à leur niveau, il les dévisagea. Il n'avait rien contre eux, du moment qu'il n'intervenait pas à chaque fois qu'il était tranquille avec elle. Il ne pouvait pas savoir...

Kyros se leva et se plaça à la droite de la reine, silencieux. Il lui tendit la main pour l'aider à se relever. Elle se leva sans faire attention au geste de son protecteur. Elle était concentré sur ses sujets tout juste arrivés.
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand
avatar

Messages : 33
Age : 24

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Ven 7 Jan - 1:44

Melek était dans ses luxueux apartements du palais, avachi sur un confortable et riche sofa, occupé à rêvasser, ses pensées le ramenant inlasssablement sur la reine, celle qu'il avait toujours du mal à voir en lui autrement que comme la rebelle "Serenya". Pourtant, elle était reine, maintenant, et ce non pas grâce à lui, car il n'avait rien fait pour l'aider à obtenir ce que Serenya avait pris seule, mais disons seulement qu'ayant eu plusieurs fois l'occasion de l'empêcher de devenir reine, il n'avait rien fait. De plus, et cette pensée lui revenait souvent, au point qu'il se considérait parfois comme un véritable héros, il l'avait sauvée en assassinant son ancien chef, un général qui voulait l'arrêter avant qu'elle n'ai pu faire dégénérer les choses. Mais cela, elle ne le savait pas, car il ne lui en avait jamais rien dit. D'autant qu'en réalité son geste n'était à l'époque dicté que par son seul intérêt personnel, et non pour la vie de Serenya.

L'inconscient de Melek, pour mieux plaire à son égo et satisfaire sa volonté de se convaincre lui-même de son héroïsme, avait légèrement modifié le souvenir du mobile de son assassinat. A ce moment, Melek était persuadé sincèrement d'avoir réelement agi pour sauver Serenya, ce qui n'était pas le cas. De même, son inconscient avait entièrement et efficacement gommé de sa mémoire les premières pensées qu'il avait eu sur Serenya après l'avoir vue pour la première fois, à savoir son envie de l'avoir elle aussi comme simple esclave ou objet nécessaire à la satisfaction de ses anciens désirs charnels et vicieux. Il aurait maintenant juré n'avoir jamais considéré Serenya comme cela, et l'avoir aimé réelement dès le premier regard, et peut-être même un peu avant, du temps où il suivait neutrement l'agitation des rues.
Dans un demi-rêve, Melek s'imaginait que la reine lui rendait visite un soir, vêtue seulement d'une légère chemise blanche presque transparente, et se jettait à ses pieds, se prosternant misérablement devant, en lui déclarant un amour éternel et en le suppliant de l'accepter, lui, l'homme qui tenait son coeur et pour qui elle ferrait tout. Lui, dans sa grande mansuétude, acceptait, lui racontait toute son histoire, vue sous un jour embelli bien sûr, lui avouant que lui aussi l'aimait depuis toujours, depuis le premier regard, puis ils s'embrassaient, la reine commençait en même temps à faire tomber son léger habit, tandis qu'ils roulaient sur le sofa, et...

Un serviteur entra dans la salle et le fit demander. La reine, disait-il, voulait lui parler. Melek eut un instant l'espoir fou que son rêve se réalise, se réjouit de toujours porter sur lui les vêtements les plus riches du pays, mais déchanta vite quand il vit que Balian, qui à côté de l'extrême oppulence de la tenue du Stratège, paraissait mis très somairement (et ce bien qu'il fut un fils de seigneur de Khand), était lui aussi avec le serviteur. Soucieux d'entretenir les conventions, il le salua néanmoins avec la noblesse et la perfection dont il savait faire preuve (Balian n'était pas un roturier, mais l'un des personnages les plus influents du royaume), ayant un don pour se tenir et parler en société, qu'il utilisait de manière à cacher à tous tout ses sentiments réels. Ils furent rapidement introduits dans la pièce où se tenait la reine. Seule la tenue de la reine pouvait rivaliser avec celle de Melek. La force de son amour éblouit encore une fois Melek, qui salua respecteusement et en faisant du zèle Serenya en usant de ses capacités exceptionnelles pour bien paraître en société. Il se prosterna face contre terre devant la reine, gardant le visage collé au sol froid et les yeux baissés tant que celle-ci ne lui aurait permis de se relever, et salua en ces termes:

-Que votre sérénissime et éblouissante majestée me pardonne pour vous avoir fait attendre. Si j'ai l'audace de me présenter devant votre altesse royale, c'est que l'un de vos laquais m'a fait savoir que vous me mandiez à votre écoute, sublissime suzeraine. Je me mets entièrement à votre disposition, ô Reine des reines...

A moins de s'y être entraîné toute sa vie, ce qui n'était pas le cas des protagonistes présents dans la pièce, personne n'aurait pu décrypter les réels sentiments de Melek ainsi masqués derrière ses dons.
Revenir en haut Aller en bas
Balian
Admin/Ambassadeur de Khand
avatar

Messages : 4
Age : 24

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 2000
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Ven 7 Jan - 17:09

Balian était en train d'enjoliver l'une de ses cartes de Mordor lorsqu'on lui fit savoir que la Reine ordonnait sa présence. Aussi, congédiant le serviteur d'un geste de la main, il se déplaça vers un miroir, et vérifia que tout était présentable dans sa tenue : barbe entretenue courte, vêtements adaptés à l'occasion : il portait une cape pourpre, ainsi que des habits de soie finement travaillée, mais dans l'ensemble, il se dégageait de lui une impression de simplicité, par rapport aux nombreux et extravagants déguisements que l'on pouvait voir à la Cour de Khand. Le plus souvent, Balian brillait parmi eux pour sa sobriété d'habillement, considérant que la Reine savait lire au fond des cœurs la valeur des hommes qui la servait. Jugeant finalement que tout était parfait dans son allure, il sortit dans le couloir, et, tout en suivant le serviteur qui devait le mener jusqu'à la Reine, jeta un coup d'œil à l'extérieur : le soleil se couchait sur le palais de la Reine, et le crépuscule était déjà bien avancé. Il ferait bientôt nuit et Balian avait deviné sans trop de mal que la Reine Serenya semblait apprécier particulièrement ce moment de la journée. Il se hâta donc, dans la limite de la vitesse que pouvait lui permettre le protocole.

Il savait également que Serenya n'aimait pas attendre. En fait, il savait beaucoup de choses sur ce gouvernement : entre autres, que la Reine aimait disposer de serviteurs loyaux et efficaces, mais dans le même temps, il devait prendre garde au fait que Serenya accentuerait trop son exigence, au point de ne faire de lui qu'un simple pion qu'elle manipulerait... Mais pour l'instant, tout allait bien ; en tant qu'ambassadeur, son avis était important pour la Reine, et ils avaient tous deux d'intéressantes conversations sur les projets de Khand à peu près chaque jour. Et il trouvait cela très appréciable : tout allait bien dans le gouvernement ; la Reine était intelligente, posée, belle, ... Cette dernière pensée le troubla, et il la chassa vite de son esprit : oui, la Reine était très belle, une splendeur de l'Orient, mais c'était aussi cela qui faisait qu'elle plaisait aux foules. En fait, songea Balian, elle suscitait l'admiration du peuple et des personnes de sa cour et de son gouvernement, ce qui lui permettait de tenir doublement mieux les rênes de Khand.
Il interrompit ses pensées, et se composa une expression de visage étudiée pour la situation : neutre, mais pas absente... Il était arrivé.

La première personne que remarqua Balian, ce fut la Reine, bien entendu : une fois encore, dans le secret de son cœur, il se félicita de servir un gouvernement aussi apte à mener Khand sur le chemin de la grandeur. Il servait effectivement sans nul doute une noble cause en permettant à Serenya d'être déchargée de la partie la plus fastidieuse de la gestion du royaume.
Une demi-seconde plus tard, son regard sauta de la Reine à un bien étrange homme, nommé Kyros, que Serenya avait recruté comme garde du corps depuis quelques temps. Personnellement, Balian se serait bien plus méfié qu'elle à la vue de ce bretteur à moitié fou. Il ne lui inspirait pas confiance, et, à en juger par le regard que put intercepter Balian, Kyros non plus ne semblait pas le porter dans son cœur, bien que Balian ignora totalement le pourquoi de cette chose.
Enfin, l'ambassadeur de Khand remarqua qu'un troisième personnage se tenait à ses côtés devant la Reine, une personnalité assez excentrique à la cour. Melek avait pour ainsi dire une réputation de débauché de première classe, et tout cela n'incitait pas Balian à lui accorder une confiance appuyée... et ce, même si ses manières étaient soigneusement étudiées, et qu'il saluait à la perfection qui de droit. Néanmoins, il était à la cour de la Reine, et venait de faire preuve de politesse à son égard. Balian eut donc une petite inclinaison de la tête, signifiant son salut à Melek de manière élégante et discrète.

Tout cela ne lui avait prit qu'une poignée de secondes, et, laissant Melek saluer la Reine, il se tut, restant en retrait. Lorsque le jeune noble eut fini d'étaler sa culture devant la souveraine, Balian s'avança doucement de deux pas, et referma son poing pour le poser sur sa poitrine, signifiant par ce salut symbolique qu'il employait toujours avec Serenya que son cœur appartenait à sa suzeraine. Dans le même temps, il s'inclina à la manière des nobles de Khand, mais sans aucune extravagance. Puis, relevant la tête vers Serenya qui le dévisageait, il se redressa, et, calmement, prit la parole en toute simplicité, sachant que sa dévotion n'était plus à prouver avec de fausses louanges, à la manière de certains nobles :

"Vous m'avez fait demander, ma Reine ?"
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand
avatar

Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Ven 7 Jan - 23:22

[0 inspiration, pardon. ><']

Je crus que Kyros allait laminer Melek lorsqu'il s'inclina devant moi avec tant de manières. J'avais appris à la connaître par coeur, et ses narines se gonflèrent imperceptiblement, signe qu'il s'agaçait déjà.
Le calmant d'un coup d'oeil, je rapportai alors mon attention sur Melek lorsqu'il achevait sa tirade. J'avais à peine écouté, mais je constatai qu'il connaissait tous les usages de la Cour et semblait conscient qu'il me plaisait que les hommes soient à mes pieds. Mais je n'étais pas cruelle, aussi lui ordonnai-je de se relever.
Il s'exécuta lorsque Balian s'avançait vers moi.
Le contraste entre les hommes m'amusa. Tous deux grands, beaux, puissants, dévoués... Et pourtant si différents. Rien qu'à leur accoutrements, on notait comme ils étaient différent.
Si Balian était simplement mis, barbe parfaitement taillée, simplissime mais devait être très séduisant, au regard d'une femme "normale".
Melek était quand à lui paré des atours les plus princière, allant à merveille avec son visage assez idéal...
Toujours au regard d'une femme ordinaire. Mais je n'étais pas ordinaire.

Abandonnant mes réflexions, je souris à Balain qui ma salua comme à son habitude. J'appréciai particulièrement sa façon de se présenter, posant son poing sur son coeur, son regard franc et assez innocent ne me lâchant pas.
Satisfaite d'avoir autour de mes moi les deux hommes, je les invitai à me suivre se promener. Kyros suivit, évidemment. Il m'était quasiment impossible de me déplacer sans lui; il était devenu un peu comme mon ombre.
Sa présence était une évidence, j'avais toute confiance en lui.

Prenant la tête du groupe, je dévalai les marches, suivie de près par ces messieurs. Entendre les pas de Melek, Kyros et Balian derrière moi me procurai un sentiment de puissance assez jouissif. Ils me suivaient, moi. Un fou admirablement doué, un débauché de première influence et un garçon de toute confiance. Charmants.
Avançant devant eux de ma démarche à la fois raide et ondulante, je les menai au travers des jardins du Palais. Je n'avais aucune destination particulière, se promener était propice à la réflexion.
Nos parcourûmes un moment le parc, j'étais tellement happée par les senteurs délicates et les couleurs chatoyantes de mon jardin que j'oubliais presque leur présence.

Leur souvenir ne me revint que lorsque j'entendis Kyros grogner pour motif inconnu, derrière. Je tournai la tête, ils s'imobilisèrent tous. Je les consiédrai un instant; mon garde du corps fusillait Melek du regard. Allez savoir pourquoi...
Estimant qu'il était temps de faire cessé le suspens, je me remis en marche, tout en élevant ma voix envoûtante mais ferme:

"J'ai entendu parler recemment de changements dans le pays de Dun. Une histoire de prise de pouvoir, ces sauvages semblent enfin avoir trouver un meneur. Qui est ce type? A vrai dire, je m'en moque. Mais j'ai étudié la question, et d'un point de vue stratégique, il serait très intéressant de nous y intéresser. Les Duneldings sont des abrutis, mais s'ils se fédèrent autour d'une personne, le royaume pourrait alors gagné en puissance.
Je m'y serais bien rendue par moi-même, mais disons que j'ai plus important à faire que de parlementer avec ces hommes. D'autant qu'ils ne supporteraient pas de discuter avec une femme, m'est avis. Je compte donc envoyer l'un de vous deux là-bas."


Discrètement, je jetais un coup d'oeil pour voir leur expressions. Melek était perplexe, Balian impassible. Amusons-nous donc. Je repris en disimulant un sourire narquois:

"Mais dans le même temps que j'ai appris ces intéressantes nouvelles, j'ai également mené ma petite enquête au sujet du Harad... Et la situation là-bas me semble intéressante, plus encore qu'en Dun. Je songe à m'y rendre, afin d'estimer au plus près la situation. Du moins, c'est la version officielle... Et là, l'un de vous deux va également m'accompagner, en Harad. Vous êtes sensés êtres plus ou moins stratèges, non? J'attend vos propositions...?

Je demeurai vague, un sourcil levé. Entre leur Reine adorée et les imbéciles à barbe du Nord, mais qui allaient-ils choisir?
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand
avatar

Messages : 33
Age : 24

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Sam 8 Jan - 1:09

[Oui, moi non plus, pas d'inspiration aujourd'hui, mais bon, faut bien poster Neutral ...]
Melek avait écouté et analysé les moindres mouvements, les moindres expressions, tics nerveux, clingements de paupière, et surtout les moindres mots de la reine, depuis qu'il en était tombé amoureux. Jusqu'ici, cela ne lui avait pas appri grand chose, car il n'avait pas eu de conversation avec la reine et ne pouvait pas la suivre au palais, ou du moins pas bien longtemps, et seulement quand elle désirait se montrer à la cour. Si Melek n'était pas un foudre d'intelligence, il connaissait néanmoins exceptionnelement bien toute une gamme de sentiments humains, pour les avoir si souvent ressentis. Il ne connaissait, il est vrai, pas celle de l'amour le moins du monde, mais maîtrisait parfaitement les domaines de la manipulation, de la cruauté, du vice, du mensonge et du secret.

La reine, qui n'avait jusqu'ici vécu que dans la rue, était facilement lisible pour un être comme Melek, dans les domaines qu'il maîtrisait. En effet, elle ne savait encore rien du secret et de l'éloquence de chaque mot, chaque geste, chaque tic, qui pour un homme habitué, en disait très long, et en politique, c'était cruxial. La chose qu'il lui importait le plus de savoir sur Serenya, cependant, il ne la maîtrisait pas du tout. La réponse à la question fatidique: "L'aimait-elle?". Et jusqu'à présent, si il ne pouvait connaître ses sentiments pour lui, il était presque sûr que tout était déjà à l'eau pour lui. Il avait prit grand soin de disséquer toutes les informations récoltées à chaud sur le comportement de Serenya depuis le début de l'entrevue, ce qui d'ailleurs, avait, pensait-il, le dont d'énerver la sorte d'esclave qui servait à la reine de garde du corps, et qui faisait penser, selon Melek, à un chien. Il pensait donc savoir qu'elle tentait de jouer avec Balian et lui, tout en leur donnant un travail réel, et qu'elle était un peu cruelle sur les bords, sans doute de par sa nature.

"Le chien", comme Melek l'avait surnommé, était pour Melek un être pour le moins torturé et vivant sur des espoirs qui ne se concrétiseraient jamais, de cela il en était presque certain. A moins, bien sûr, que la folie ne le consume à la longue, et que, fou, il prenne par la force ce que la reine ne lui donnerai sûrement pas volontairement. Cela inquiètait d'ailleurs Melek, car il était le mieux placé pour violer facilement la reine, voire la prendre en otage, et ainsi obtenir d'elle ce qu'il voulait sans que les gardes ne puissent intervenir. Il faudrait en parler avec Balian, à l'occasion. Melek pensait avoir trouvé un remède et une parade sûre à ce qu'il considérait comme une possibilité de trahison fatale potentielle dans la protection de la reine, et ce remède avait l'avantage de ne pas lui ôter son garde du corps.

Le seul présent dont Melek ne savait rien, c'était Balian. Balian était l'aristocrate par excellence, était noble et avait fait de grandes études parfaitement réussies en politique et en économie à l'échelle d'un pays, sans négliger son éducation militaire. Bref, il était tout ce que Melek aurait pu être, mais avait refusé d'être. Il était sûrement plus habile que Melek à lire dans les gestes et les paroles des gens sur les sujets généraux, du moins, car il doutait que Balian en sache moitié moins que lui sur les pratiques vicieuses des gens. Politique avant tout, il était absolument impossible à Melek de deviner quoi que ce soit sur son visage, et s'il y voyait une expression, il était sûr que Balian avait le niveau requis en maîtrise de soi pour créer de fausses émotions difficilement identifiables comme fausses, sauf pour un autre politique accompli. Et Melek n'était pas politique, mais fils d'un des plus riches marchands de la Terre du milieu, et si, grâce à cela, il connaissait les bases en politique et savait masquer ses émotions, même pour Balian, il était très loin d'égaler celui-ci, qui pourrait même peut-être le tromper en se créant une fausse personalité.

Melek appréciait Balian, et, à choisir entre les prétendants celui qui avait, d'après ce qu'il avait glané d'information implicites sur la reine, le plus ces chances de devenir un jour son mari, c'était à cent contre un Balian qu'elle choisirait entre eux, et le pire était qu'il la comprennait, lui même à la place de la reine ne se serait pas choisi, et n'aurait même pas regardé "le chien" . Mais Melek ignorait tout des sentiments de Balian à son égard.

Mais il dut revenir de ses pensées pour répondre à la reine, masquant toujours ses émotions à la reine et aux autres, même si il était sûr que Balian avait remarqué qu'il était songeur et que son attitude envers la reine était ambigüe, car Melek avait commis l'erreur de baisser un instant sa vigilance alors qu'il était perdu dans ses pensées. Il répondit sur le même ton que pour saluer:

-Ma reine, je suis Stratège du Serpent de métier. N'ayant ni le rang, ni la capacité nécessaire, je me propose de vous suivre en Harad, s'il plaît à votre grandeur de m'accorder cette place à vos illustres côtés. Hélas, je ne pourrais sinon pas être utile à apporter vers le pays de Dun votre parole de monarque inégalée.

Melek se demandait, un goût amer à la bouche, ce que la reine allait répondre. Sa réponse pourrait confirmer ou infirmer ses soupçons forts sur le fait qu'il n'avait pas l'ombre d'une chance avec elle. Il fut donc particulièrement attentif à la réponse de la reine, le jeu de lecture dans les gestes et paroles de la reine allait reprendre.
Il devrait aussi avoir une conversation avec Balian sur "le chien", avant de partir chacun de leurs côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Balian
Admin/Ambassadeur de Khand
avatar

Messages : 4
Age : 24

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 2000
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Sam 8 Jan - 14:12

Si Balian ne laissait rien paraître de ses réflexions, il n'en pensait pas moins activement : quelle conduite adopter ? La Reine venait de leur donner le choix de leur avenir : il pouvait le passer aux côtés de sa Reine, qu'il aimait beaucoup, et une épopée en Harad serait propice à la découverte des réelles motivations des autres membres de la cour. Mais, au fond de lui, Balian savait que ce n'était pas possible : son désir à lui ne passait pas avant l'intérêt du royaume et de sa Reine... et il sut instinctivement que Melek allait se précipiter sur la solution du Harad... et donc lui, Balian, irait à la rencontre de barbares chevelus et barbus, et à la civilisation très peu développée. Un pays où seule la force mène au pouvoir... en somme, on allait l'envoyer dans une jungle. Ce serait d'un ennui mortel... mais il le surmonterait, pour l'amour de sa Reine et de son pays. Dès lors résolu dans si décision, l'ambassadeur se mit alors à envisager les aspects pratiques de cette mission : il allait par exemple lui falloir une escorte, certainement des cavaliers de Khand montés sur de bons chevaux. Une douzaine, pas plus. Il lui faudrait aussi ses cartes, pour les mettre à jour pendant qu'il séjournerait là-bas, au pays de Dun. De plus, il allait lui falloir un présent à offrir à ce meneur de barbares. Enfin, il lui fallait songer à des arguments convaincants pour ce qui était de persuader le roi de Dun de faire alliance avec Khand. et Rhûn... somme toute, cela lui donnait beaucoup de travail.

Lorsque Melek eut fini son intervention, Balian chercha à rencontrer le regard de sa Reine. Alors, lorsqu'elle daigna lui accorder son attention, il perdit subitement son expression impassible : un sourire, léger et innocent, apparut sur son visage alors qu'il comprenait ce que sa Reine voulait de lui, et répondait :

"Je ferais comme il vous plaira, ma Reine.

Mais si je dois me rendre au pays de Dun, il faudra amener un présent satisfaisant à leur roi... Puis-je suggérer une couronne, peut-être ? Il y en a plusieurs de moindre valeur dans le trésor royal..."
Revenir en haut Aller en bas
Kyros
Garde du corps de la Reine de Khand
avatar

Messages : 17

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain
Bourse:
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Sam 8 Jan - 16:45

Kyros était resté muet depuis le début de l'entretien. Leur blabla politique ne l'intéressait en aucun cas, il devait se contenter de surveiller Serenya. Mais lorsque la rein prononça le mot Harad et qu'elle suggéra de s'y rendre, il releva la tête vers les autres. Le Harad... ce désert d'incertitude et de désolation dans lequel il s'était perdu jadis, alors qu'il n'avait que 15ans. Pourvu qu'elle ne décide pas d'y aller. Il avait presque peur de remettre les pieds au sud. Non pas que des gens voulait s'en prendre à lui, mais bien parce qu'il s'y sentirait comme un intru et surtout comme un traitre qui avait abandonné son pays. Il n'y prêtait pas attention mais il caressait le haut de la lame de sa rapière du bout de son index. Quand il arrêta, c'était trop tard: il s'était coupé et saignait.

Essuiant son doigt sur son pantalon, il regarda les trois commentateurs de cette réunion.

Serenya: celle qu'il protégeait et dont l'esprit serait beaucoup dur à analyser que le plus complexe des labyrinthes. Il avait en elle une totale confiance comme la plupart de ses sujets. Pour une raison qu'il ignorait, elle ne l'aimait pas mais acceptait de se faire escorter et protéger par lui. C'était étrange, mais sans doute le gardait-elle parce qu'il était le meilleur dans le domaine. Son passé servait à renforcer cette notion d'expérience. Kyros avait vécu dans un camp de l'armée, il était pugiliste juste avant son arrivée au palais et n'avait une quelconque pointe de pitié envers les traitres. "Espérons que cela continue" se disait-il. Il pourrait concrétiser son rêve...

Balian: le stratège qu'il voyait de temps en temps cheminer dans les longs couloirs. Il ne le connaissait que très peu mais savait qu'un homme avec tant de jujote pouvait facilement tenter de prendre le pouvoir. Kyros n'avait pas confiance en lui mais il était conseiller de la reine, il devait donc s'efforcer de ne pas le froisser et de rester calme en sa présence.

Melek: le pervers, celui en qui il n'avait aucune confiance. Et apparemment, c'était réciproque. Tant mieux, cela faciliterait son assassinat... Il tentait de l'éviter le plus possible, de peur que sa folie ne prenne le dessus et qu'il l'attaque sans prévenir. Ce sont ce genre de personnes qui firent de lui un cinglé comme il était à présent. Il devait, s'il le fallait, l'éliminer le plus discrètement possible. Il arrivait qu'il les observent toute la journée, tapi dans l'ombre de son péché.

- Votre radiance, je vous escorterai là ou vous irez. Méfiez-vous de Harad, les gens de mon peuple sont des êtres sans pitié envers les étrangers et les royaumes non alliés.
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand
avatar

Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Dim 9 Jan - 14:13

Je n'en attendais pas moins, ni de la part de Melek, ni de celle de Balian. En soit, leur choix respectifs n'avaient rien d'étonnant. Je commençai à connaître Balian, et il s'était toujours révélé très arrangeant. Mon Conseiller n'était pas du genre à faire passer ses désirs avant l'intêret du pays. Et pour cela, il me plaisait.
Melek, lui, savait ce qu'il voulait. Ce n'était pas un reproche, bien au contraire. Je savais apprécier la détermination, voir le caprice, au même titre que la dévotion.
Après tout, n'était-ce pas à force de volonté que j'avais finis à la tête de Khand?

Ma décision était, dès lors, prise. Aussi, ne souhaitant pas faire mariner Balian et Melek plus longtemps, j'allais leur répondre... Lorsque Kyros prit la parole. Mon regard flamboyant se posa alors sur lui alors qu'il me prévenait au sujet de l'agressivité des haradrims. En principe, je me serais agacée de ce comportement. Sous prétexte que j'étais une femme, ces messieurs étaient persuadés que j'étais incapable de me défendre... ils n'avaient toujours pas compris que j'étais en ce moment-même armée et que j'étais capable de terrasser un grand nombre d'homme. Melek, il était certain que je pouvais le laminer. Balian et Kyros, à voir.
Mais enfin, j'avais été élevée dans la rue! Évidemment que je savais me servir d'un poignard!

Néanmoins, je décidai de ne pas me montrer cassante. Je connaissais l'histoire de Kyros, y compris ses mésaventures en Harad. Je savais donc que son élan était purement protecteur et affectueux. Il pouvait braver les fantômes de son passé pour moi, et ce comportement me toucha plus que je n'y laissai paraître.
Je connaissais la lourdeur des passés que l'on préférerait oublier. C'était curieux, mais nos expériences nous rapprochaient.
Aussi lui répondis-je avec un sourire:

"Kyros, je connais les risques. Tout ira bien, je serais escortée et tu seras là pour voir par toi-même que tout se passera parfaitement, j'en suis convaincue... Tu peux aller jouer un peu avec les chatons, je te rejoins plus tard."

Disposer sembla lui coûter, mais il fila. Mes ordres n'étaient pas discutables, toute sourire que j'étais. Et il avait certainement besoin d'encaisser le choc. Quand à moi, je préférai rester seule avec les deux autres.
Lorsque Kyros se fut éloigné, je rapportai mon attention sur Melek et Balian. Mon élan d'humanité était terminé, je recouvrai mon visage fermé de Reine, ainsi que mon sens inné de la manipulation.
Après les avoir considérer un instant, je m'approchai d'eux de mon pas serein. Jusqu'à être à quelques centimètres d'eux.
Cruelle, moi?! Pas vraiment, mais je me plaisai à jouer avec les nerfs des hommes. J'aimai réaffirmer leur humanité et leur faiblesse. J'avais toujours besoin d'être maîtresse de la situation. Et contrairement aux idées préconçues, les Reines étaient bien plus efficaces que les Rois. Tout simplement parce que les hommes étaient d'une faiblesse déconcertante, tous autant qu'ils étaient.
Celui qui me prouverait le contraire... Attendons d'abord de le trouver.

Cessant -presque- mon petit numéro, je me tournai vers Melek en premier. Effleurant son torse du bout des doigts, majestueusement provocatrice, je lui déclarai de ma voix glacial qui tranchait avec mon attitude:

"Melek, vous viendrez avec moi en Harad. Je suis certaine qu'en combinant nos talents respectifs, nous parviendrons à trouver un "accord" avec le Harad, sans problème. Nos partirons avec Aliandra, Kyros ainsi qu'une escorte conséquente. Je vous ferais envoyer un rapide résumé de la mission que nous allons réaliser dans le sud."
Lui tournant royalement le dos, je fis face à Balian. Nous échangeâmes d'abord un sourire, comme souvent. Il reignait entre nous une certaine complicité, à la longue nous avions finis par nous comprendre d'un regard. Posant cette fois mes doigts sur le torse de mon conseiller, je m'adressai à lui en ces termes:
"Balian, vous vous rendrez au pays de Dun. Prenez avec vous une couronne, pour le Roi de la savane. La moins belle, cela va de soit, elle le sera toujours plus que la plus jolie des leurs. Je suis certaine que vous allez être parfait, convainquez le chef des sauvages de me rendre visite au Palais, je m'occuperai alors personnellement de lui...Je n'oublierai pas votre dévotion, Balian."

Satisfaite, je m'écartai d'eux et leur fit signe de me laisser passer. Ils se décalèrent d'un pas, de façon à ce que je puisse disposer. Je les dépassai en rejetant mes cheveux en arrière, prête à aller retrouver Kyros et mes appartements. Je m'étais éloignée d'eux de quelques mètres lorsque je me retournai une dernière fois vers eux. Melek avait l'air préoccupé.
"Avez-vous une dernière chose à ajouter, messieurs?"
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand
avatar

Messages : 33
Age : 24

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Dim 9 Jan - 15:27

Apparemment, Kyros "le chien" n'était pas aussi fou qu'il le laissait penser ou qu'il voulait paraître. Pour Melek, il était étrange que l'avertissement sur le Harad vienne de lui. Comment un homme tel que lui, qui ignorait sûrement jusqu'à la division en clans du Harad et sa position géographique, pouvait-il parler ainsi? Melek pensa que finalement, peut-être que Kyros cachait bien son jeu en jouant la folie, ce qui le rendait encore plus dangereux à ses yeux. Il fut soulagé quand la reine congédia "le chien", en lui disant d'aller jouer avec ses semblables. En effet, si Kyros avait été agressif, il ne doutait pas que ni lui, ni la reine aurait pu l'arrêter par la force. Seul Balian aurait eu l'ombre d'une chance de tenir jusqu'à l'arrivée des gardes. Tel était le raisonnement de Melek.

"Ce Kyros me semble être un vrai danger pour la reine, d'autant que sa folie, peut-être feinte, et son attirance pour la reine le rendent encore dix fois plus dangereux. Il faut vraiment que je propose à la reine une solution pour le rendre inoffensif.", pensa-t-il.
Lorsque la reine eu confirmé leurs affectations respectives, il afficha clairement sur son visage son intention de prendre la parole. Celle-ci avait apparemment compris le message, aussi leur dit-elle:
"Avez-vous une dernière chose à ajouter, messieurs?"

Melek remercia intérieurement la reine de son attention, inspira pronfondément et se lança. Il comptait sur l'appui de Balian, qui, d'après Melek, était lui aussi soucieux de la santé de la reine, à moins qu'au contraire il ne convoite le pouvoir.
-Hé bien, si votre majesté me permet de m'exprimer franchement, j'aurais deux choses à vous dire. Tout d'abord, je suis inquiet pour votre sécurité. Non que je n'ai foi en vos capacités à vous défendre, ni en la loyauté de vos gardes du palais, mais la menace que je perçoit viens de l'intérieur même.

Ce Kyros, ce fou dont vous avez fait votre garde du corps, il est attiré par vous. A tout moment, il peut devenir un véritable danger pour vous, magnifique souveraine. Ho, je ne vous demande pas de m'exposer vos raisons pour lui faire confiance, ce serait inconvenant, d'autant que vos raisons me dépassent sûrement. Puisque nous irons bientôt tous trois en Harad, je me devais de vous exprimer mes craintes sur ce point, afin que vous en soyez avertie. Hélas je ne suis pas un combattant, ma reine, et vous même m'êtes bien supérieure sur le plan physique, malgré les apparences. Si Kyros décidait d'abuser de vous par la force, profitant pour cela du voyage, je serais impuissant pour l'arrêter, ce qui ne veut pas dire, bien sûr, que je n'essayerai pas quand même, dusai-je le payer de ma vie.

Mais je suis inquiet pour ce qui vous arriverai ensuite, c'est pourquoi je vous conjure d'entendre raison et d'appliquer la solution que j'ai imaginé. Balian sera d'accord avec moi, je pense. Je parlerais franchement et un peu cruement, mais pensez, je vous en supplie, que c'est uniquement par souci de vous que je propose cela: il faut le castrer, lui retirer sa virilité.
Même un taureau, une fois ce traitement appliqué, accepte docilement le joug et la servitude, je ne doute donc pas que cela le rendra inoffensif

Par ailleurs, mon père a des contacts commerciaux très influents dans certains clans du Harad, et bien sûr dans le plus grand d'entre eux. Si vous le permettez, sur une lettre de ma part pour mon père, je suis sûr que nous pourrons être acceuillis comme il se doit en Harad.

Puis Melek se tut et attendit une intervention de Balian ou une réponse de la reine.
Revenir en haut Aller en bas
Kyros
Garde du corps de la Reine de Khand
avatar

Messages : 17

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain
Bourse:
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Dim 9 Jan - 20:26

- Bien votre radiance, vous n’aurez qu’à me rejoindre dans la grande salle. Je dirai aux esclaves de préparer un repas.

Serenya lui demanda de disposer ce qu'il fit immédiatement. Cependant, il ne savait s'il devait être agacé par cela. Ce n'était pas parce qu’il n'avait aucune notion de politique, contrairement à son frère, qu'il ne pouvait pas rester assister à la conversation. C'est avec un air contestataire qui tourna les talons et qu’il les laissa, se dirigeant vers la salle du trône ou un énorme coussin l’attendait. A coté du pouf, ses deux camarades de jeux se reposaient. Il s’assit lourdement dessus. L’un des deux tigres blancs, réveillé par son affaissement s’approcha élégamment de lui et frotta sa tête contre son torse.

- Oui bien sûr, je suis un tigre, je ronronne et je suis heureux toute la journée.

Il se laissa tomber en arrière, sa chute amortie par les plumes qui avaient servies à fourrer le coussin vermillon. Il soupira longuement. Il avait enfin un peu de repos bien mérité après avoir passer l’après-midi sur les marches de l’entrée à surveiller l’allée et la venue des vassaux de la cour. Aucun ne s’approchait à moins de deux mètres de la reine. Dès qu’ils apercevaient Kyros, ils s’éloignaient progressivement en saluant Serenya de loin. Il aimait ça, voir à quel point il était craint des autres. Cela lui procurait une sensation de sécurité de sa protégée.

Les yeux fermés, il sentait ses poumons se remplir et se vider dans le plus grand silence. Personne n’était dans la salle. On entendait de temps en temps une voix étouffée par les couloirs s’élever et résonner. Les deux félins se couchèrent à ses cotés, comme pour former une image parfaite, harmonie entre les animaux et les Hommes. « Le repos du tueur félin » : voilà comment nous aurions pu l’appeler. Il posa sa main droite sur le dos du tigre.

Kyros tenta un instant de s’endormir mais l’adrénaline qu’il avait emmagasinée ne s’était pas complètement dissoute. Il serrait et desserrait le poing, attrapant les poils blancs de son matou. Il se remémorait les moments les plus uniques passés avec Serenya. Tous ces jours où il avait réussi, consciemment ou inconsciemment, à la faire sourire ou rire. Ce n’était pas évident, et pourtant, ses chutes dans les escaliers et ses jeux avec ses compagnons félidés avaient au moins le mérite de la rendre parfois souriante. Kyros n’était pas maladroit, il n’avait juste pas de chance. Au songe de ses moments, il commença à ricaner, au début à voix basse puis un peu plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand
avatar

Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Dim 9 Jan - 22:53

J'aurais pu éclater de rire, si le sujet n'avait pas été aussi grave. J'aurais pu être troublée, si ma foie en Kyros n'était pas si profonde. J'aurais pû me mettre en colère, si la prévenance de Melek n'avait rien d'étonnantu
En fait, j'avais toujours entendu parler de lui comme d'un pervers et d'un égocentrique, au Palais. Melek était le plus souvent désigner comme un "fils à papa" détestable, égoïste et sans scrupule, voir cruel. Et, ainsi, il se souciait de moi?

Fronçant légèrement les sourcils, je le considérai d'un air interdit. Ses yeux marrons étaient curieusement brillants. Se pouvait-il que cet effroyable voyeur se fasse réellement du soucis pour moi? Bien entendu, c'était injustifié. Mais je comprenais que Kyros ne fasse particulièrement bonne impression, au premier regard. Moi-même avait hésité à le prendre avec moi. Sa folie, son air torturé... Rien de tout cela n'était très engageant. Aussi pouvais-je comprendre Melek. Ce fut pourquoi je ne m'énerver pas contre lui.
Il était inquiet, ce qui était, en soit, plutôt touchant. Mais il ne m'apprenait rien en me disant que Kyros était attiré par moi. Cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Perspicace, Melek. Mais à côté.
Là où il se trompait, c'était sur le fait que Kyros n'était pas physiquement attiré par moi. Il n'avait pas les yeux avides et voyeurs des messieurs de la Cour. Lui me regardait toujours dans les yeux et jamais il n'avait tenté de me toucher.
S'il avait voulu profiter de moi, il l'aurait fait bien avant. Et je savais que jamais il n'oserait me faire de mal ou de profiter de moi. C'était bien le seul.

Prenant une grande inspiration, je répondis à Melek avec le moins de virulence possible, malgré le fait que j'étais passablement indignée que l'on me juge si naïve:

"Melek... Il est hors de question de castrer mon garde du corps. Je dis bien hors de question. Premièrement, ce serait cruel et injustifié. Kyros dort tous les soirs au pied de mon lit, nous sommes systématiquement seuls et jamais il n'a ne serait-ce que poser la main sur moi. S'il avait voulu abuser de moi, il aurait eu milles occasions.
Deuxièmement, je suis navrée que vous me pensiez assez naïve pour accepter qu'un homme louche dorme près de moi. Je ne suis pas idiote, et je sais faire la part des choses. Vous pensez bien que si j'avais le moindre doute quand à l'intégrité de Kyros, il serait dehors en moins de deux. Je ne dors pas près d'un homme, désarmée, s'il y a le moindre risque.
Troisièmement, si je devais castrer systématiquement tous les hommes attirés par moi sur le plan physique, nous aurions de sérieux problèmes de peuplement, vous ne pensez pas?
Soyons sérieux une seconde, Melek.
Je ne choisis pas mon garde du corps au hasard, notre relation est basée sur la confiance. Bien entendu, si vous avez une quelconque preuve que je cours avec Kyros un plus grand risque qu'avec vous, par exemple, j'attends.

Quand à cette lettre à votre père... J'accepte. Pourrais-je le recontrer, à l'occasion de notre voyage? S'il régie l'économie du pays, je me dois de le recontrer..."


Lançant un coup d'oeil interrogateur à Melek, j'attendis une réponse. Ainsi donc, son père était un homme influent en Harad... Oh.
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand
avatar

Messages : 33
Age : 24

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Lun 10 Jan - 22:54

Melek s'était attendu a une réponse négative, mais il trouvait qu'il se sortait très bien par rapport à ce qu'il avait imaginé. La reine s'était montrée clémente avec lui cette fois-ci, et il en avait conscience. Il éprouvait donc un profond sentiment de reconnaissance envers Serenya pour sa gratitude. Après cette chance qu'il avait eu une fois, il n'allait pas se risquer de sitôt à proposer des mesures qui lui semblaient nécessaires pour la sécurité de la reine si il pensait qu'elle risquait de les refuser. Au moins avait-il eu le mérite d'essayer, se dit-il intérieurement, et puis peu lui importait son traitement personnel, il faisait passer les intérêts de la reine avant tout.
Bien sûr, la reine lui avait prêté une grande attention en ce qui concernait le Harad. Melek avait de difficiles relations avec son père depuis que celui-ci avait découvert qu'il avait fait semblant de mener ses affaires à Khand, mais qu'il les avait en réalité délégués à un subalterne. Néanmoins, depuis peu, sa volonté de rester Stratège du Serpent malgré l'offre de son père de passer l'éponge et de lui reconfier les rênes de son commerce à Khand.

Même si Melek ne comprennait pas pourquoi, leurs realtions s'étaient à partir de ce moment rétablies, et il s'entendait de nouveau avec son père. En fait, Joridh pensait que son fils était enfin heureux car il avait trouvé sa vocation, ce qui était faux, bien sûr, Melek ne restant Stratège qu'à cause de son amour pour Serenya. Et même si Joridh savait tout des raisons de son fils, ce qui n'était absolument pas le cas, il ne serait pas fâché, car il serait heureux que son fils ai trouvé l'élue de son coeur, même s'il trouverait que son fils avait vraiment choisi la personne la plus désirée du royaume, l'une des seules qu'il ne pouvait pas s'offrir.

Melek, lui, aurait aimé que la reine lui accorde plus d'attention qu'à son père, celui qui riche, influent, qui avait réussi en partant de rien, comme la reine, mais d'une autre manière. Il se souvint alors que c'était lui qui avait parlé de son père le premier, et pensa que si cela faisait plaisir à la reine, alors il devait tout dire, de toute façon. Melek s'éclaircit la gorge en se rappelant ce qu'il savait, il n'était pas tout à fait au courant de la politique du Harad dans ses détails, ni de la position précise de son père dans les affaires du Harad, mais il en avait au moins une vision globale et juste. Visiblement, la reine, elle n'était pas très renseignée, voire pas du tout, en ce qui concernait la politique des autres pays, ce qui était normal, pensa-t-il en se souvenant qu'elle avait longtemps avec rien. Il parla donc avec l'intention d'éclairer un peu plus la reine sur les affaires étrangères:

-Encore une fois, ma suzeraine, je m'exprimerai clairement.
Tout d'abord, il faut savoir, que contrairement à ce que vous semblez penser, le Harad n'est pas un pays contralisé comme Khand ou Rhûn, avec une capitale et des villes principales connues, mais qu'il est composé d'une vingtaine de tribus, ou de clans plutôt.

Ces clans sont très inégaux, le plus important est celui des Al Mualim, qui possède plusieurs petites cités, et dont l'ont dit que le bastion principal n'a jamais été pris, et je veux bien le croire, car non seulement il doit être fort, mais surtout, son emplacement est inconnu tous ceux qui ne font pas partie des Al Mualim. Le nombre total des combattants haradrims de toutes les tribus est environ de 15000 à 20000 guerriers. Mon père pourrait sûrement être plus précis. Le Harad est essentiellement désertique, et très étendu, c'est pourquoi il peut s'y cacher d'autres forteresses mineures, bastions des clans plus petits. On considère généralement que les principaux clans disposent chacun d'environ 1000 à 2000 guerriers sous leurs ordres, mais ces chiffres varient et sont très flous. Là encore, mon père pourrait être plus précis que moi.
Les clans sont soumis entre eux à de fortes rivalités, facteurs de tensions, mais il m'est impossible de préciser quelle intensité ces tensions ont, d'autant que j'ignore leur source et leur sujet. Là-dessus, mon père pourrait vous éclairer totalement, mais Balian ici présent, votre ambassadeur, en sait aussi long que lui, puisqu'il s'agit de politique. Il me semble qu'à priori, les clans n'ont pas de politique extérieure commune, tant pour le commerce que pour la politique ou la guerre, mais sur cela, Balian est très savant, beaucoup plus que moi, en tout cas.

Qu'en est-il de la situation des villes connues du Harad? Je crois me souvenir que nous avons une carte assez détaillée de Rûhn, Khand et du Harad, signée de la main de Balian, et qui se ferra une joie de vous la montrer. Les Stratèges y ont accès, c'est pourquoi je connais son existence. Bien sûr, les villes qui y figurent sont les principales villes connues du Harad, mais, comme je vous l'ai dit, il existe une grande forteresse cachée en Harad, le bastion des Al Mualim, dont on ignore tout de l'emplacement et de la force réelle, mais celle-ci doit probablement être considérable.

Il me reste à vous décrire Umbar et l'Extrême Sud-Est du Harad. Je commencerai par l'Extrême Sud du Harad. On nomme ces terres, situées à la frontière Sud du Harad, Extrême Harad. Il n'y a rien là-bas, mis à part des sauvages que l'on chasse comme esclaves. Cette terre est si aride et si inutile que, à part ces nomades sauvages, personne ne peut y vivre. Le Extrême Harad n'a donc absolument aucun intérêt, sauf celui de réserve d'esclaves et de bêtes sauvages. De toute façons, aucune vie organisée ne peut s'y établir, et il est donc inutile d'en parler plus longtemps.
Umbar, en revanche, est le véritable joyau du Sud. Cette ville, de loin la plus grande de l'Est et du Sud, peut-être à peine concurrencée par la capitale de Rhûn, mais celle-ci est moins bien située géographiquement plus isolée, donc plus petite et moins influente. Umbar est le coeur commercial de tout le commerce des pays orientaux et austraux (de l'Est et du Sud), elle abrite encore des pirates et des contrebandiers, mais est ouverte aussi vers les pays du Royaume réunifié, puisqu'Umbar est devenu un protectorat du Royaume réunifié. Umbar est la plus peuplée, la plus dynamique et aussi certainement la cité la mieux garnie de troupes de tout l'Est et le Sud, bien qu'elle soit loin d'être la plus fortifiée. En fait, les troupes du Royaume réunifié qui la contrôle n'ont pas grand chose à craindre, car si on s'attaquait à Umbar, c'est au Royaume réunifié qu'on s'en prend. Umbar est pourtant aussi une grande ville haradrim, et l'on raconte que quelques clans mineurs haradrim y aurait leur place forte.

C'est là que mon père habite, et là aussi qu'est le siège de ses affaires, même si la maison mère historique est à Khand, dans cette ville même. Il avait besoin d'une position plus centrale et plus avantageuse pour ses partenaires commerciaux, c'est pourquoi il a choisi Umbar. Mon père ne dirige pas l'économie de Harad, puisque le Harad n'a pas à proprement parler "une économie", mais plutôt des "économies" très différentes selon les clans, d'ailleurs. Sans vouloir vous ennuyer avec les ascpect commerciaux et les divers degrés d'influence, on peut dire que si mon père est si puissant et si influent, c'est qu'il se base sur un commerce "international". N'étant pas haradrim, il ne dirige l'économie d'aucun clan, pas plus qu'il ne dirige l'économie de Khand, bien qu'il soit largement l'homme le plus riche natif du pays, sans vouloir vous rabaisser, bien sûr, ma reine. Ce que je veux vous faire comprendre, c'est qu'il occupe une place importante dans l'économie de la plupart des clans haradrims, et dans Rhûn et Khand aussi, et que son influence est ennorme, et sans limites de frontières, mais qu'en revanche, le prix à payer est qu'il ne dirige que sa propre entreprise, il n'a aucun pouvoir sur aucun clan ou Etat, sauf celui qu'il peut tirer de ses menaces économiques, pouvoir qui en ce cas, devient réel.

Mais mon père ne menacera jamais un de ses partenaires commerciaux, même si il pourrait le ruiner par l'execution de cette menace, ce qui est le cas de nombre de clans haradrims et d'autres régimes, dont l'économie de Khand. Si il faisait cela, il y gagnerai peut-être en pouvoir sur un pays ou un clan, mais il y perdrait la confiance d'autres, qui craindraient que la même chose leur arrive, et puis, mon père ne voudrait pas ruiner un pays ou un clan et le contraindre à la misère. Il éprouve d'étranges sentiments pour ceux qu'il convient de traiter comme des moins que riens.

Cependant, mon père entretient de nombreux contacts dans toutes les tribus haradrims, contacts qui peuvent se réveller utiles, d'autant que nombre d'entre eux sont très influents dans leur clan, sinon même chefs de clans.

Voilà, sublime monarque, j'espère vous avoir répondu avec clareté. Il y aurait encore beaucoup de choses à dire, j'en suis conscient, mais je vous ai dit l'essentiel de mes connaissances qui me paraissaient pouvoir vous être utiles sur le sujet. N'hésitez pas à demander des précisions politiques à Balian, ou à me requestionner autant de fois que vous le désirez.
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand
avatar

Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Mar 11 Jan - 0:03

[J'expédie en vitesse. Melek, tu clôs le sujet à ma suite. Balian, tu files chez Hurtir. Moi, je vais rejoindre Kyros.]

Je ne pu retenir un haussement de sourcils septique; Melek se trompait d'interlocutrice. J'ignorai quelle image de moi il avait en tête, mais il semblait avoir du mal à me considérer comme Reine. Et s'il y avait une chose qui me faisait sortir de mes gonds, c'était bien que les aristocrates se permettent de me faire la leçon sous prétexte que j'avais grandis dans la rue.
J'étais loin d'être stupide, je n'étais pas non plus ici par hasard. Moi, je n'étais pas ici par le seul lien de mon sang. C'était toute la différence entre nous. Je ne supportai pas les sermons, et certainement pas de la part de Melek. Cela partait certainement d'un bon sentiment, mais j'avais horreur qu'on me prenne de haut, surtout lorsqu'on ne me connaissait pas!

Mes narines frémirent légèrement alors que mon regard se posa sur Balian, en quête d'une image positive. Nous regard se croisèrent, j'esquissai un sourire las, passablement ennuyé. Balian dû comprendre mon agacement; il s'était lui-même chargé de mon apprentissage en terme de politique extérieur. Il était bien placé pour savoir que je connaissais la configuration des pays voisins.
Lui semblait réaliser que j'étais pas ici par hasard et avait pour moi le plus respect. C'était en partie pour cela qu'il était mon plus proche collaborateur; et parce que je connaissais sa valeur. Balian était un homme accompli, à la limite de la perfection. Voilà pourquoi son jugement m'importait. Il était de sept ans mon aîné, avait une grande expérience dans le domaine militaire, géographique, stratégique, diplomatique... Lui avait son mot à dire. Du moins, entre nous.
Melek, non.


"Bien fis-je d'un ton tranchant. [color=red]Ca ira comme cela, Melek. J'ignore si je me suis mal exprimée, mais je connais la configuration de Harad... Balian peut en témoigner, j'ai passé des heures à l'étudier avec lui. Je n'aurais pas besoin de leçons supplémentaires, merci.
Je suis navrée que vous me preniez pour une imbécile, néanmoins. Décidément, me voilà idiote, faible et naïve... C'est charmant. "[/color]


Mes dernières paroles avaient donné le même effet qu'une gifle. Mon visage avait perdu toute trace d'affabilité, n'étant plus qu'un masque impassible, indéchiffrable. Seul mon regard trahissait ma colère. Il foudroyait Melek avec une violence inouïe. Il était allé trop loin, avec son air hautain et ses discours discréditant. Melek avait bien de la chance d'être utile à mes projets, ses maladresses auraient pu lui valoir un revers pour l'exemple. Mais il s'avérait qu'il pouvait être intéressant politiquement parlant, son nom célèbre lui offrait un sursit.
Je savais faire la part des choses et étais une fine stratège. Inutile de punir physiquement le fils d'un homme si influent, du moins pas pour l'instant. Lui infligeait un regard proprement mortel suffisait.

Il gardait donc sa tête pour cette fois, mais perdait mon estime... Était-ce vraiment préférable? Tous les hommes qui avaient un jour croisé mon chemin aurait sans aucun doute préféré mourir dix fois plutôt que d'avoir à affronter mon regard dégoûté et enflammé.
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand
avatar

Messages : 33
Age : 24

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Mar 11 Jan - 22:45

Melek aurait voulu réagir, répliquer, citer, preuves à l'appui, l'origine de son erreur, en l'occurence une phrase de la reine mal interprêtée. Mais pour une fois, ce n'était pas lui le chef, il ne pouvait ordonner, ni même répondre ce qu'il aurait voulu. Se forçant au calme, il privilégia sa réaction favorite: laisser passer puis se lamenter sur son sort. Il avait toujours été défaitiste, et le regard que lui jeta la reine lui ôta les dernières bribes de doute qui lui restaient au sujet de ses chances. Il avait tout perdu, et ce par la faute de Balian, qui n'avait pas jugé bon de l'avertir des connaissances de la reine, ni de l'arrêter dans son discours. Il s'était contenté de rester impassible, ses expressions cachées derrière son visage impénétrable. Il eut au moins la maigre consolation de se dire que, puisque la reine ne l'avait pas arrêté dans son discours, c'est qu'elle y avait apprit au moins quelque chose, sinon, un être comme elle l'aurait arrêté tout de suite, il en était sûr. Mais il se retrouvait puni, cruellement selon lui, par la personne qu'il aimait. A ce moment, il aurait aimé être à la place de Kyros. Finalement, un "fou", ou peut-être pas d'ailleurs, garde du corps de la reine, ce n'était pas si bas, bien au contraire.

Balian lui semblait avoir déjà triomphé, et il l'imagina au bras de la reine, seul à détenir son coeur, seul à pouvoir lui demander tout ce qu'il voulait, et la reine béate d'admiration et d'amour devant lui. Les rôles qu'il avait imaginé lors de son demi-rêve un peu plus tôt seulement lui revenaient avec clareté, mais ce n'était plus lui qui en était le "héros", c'était Balian.

*Il a bien joué son jeu, il m'a battu. C'est entre Kyros et lui maintenant. Balian semble avoir tout les atouts, mais j'ai l'impression que Kyros cache son jeu derrière sa prétendue folie. Bah, nous verrons bien qui d'entre eux l'emportera, à priori, pour l'instant c'est quasi-gagné pour Balian, sauf si Kyros...*

Il se jetta aux pieds de la reine, face tournée vers le sol, à quelques centimètres des pieds la reine, tout en sachant que si c'était lui le roi et qu'une sous-fifre amoureuse de lui dont il n'était pas amoureux se jettait à ses pieds ainsi, il lui aurait donné un coup de pied en pleine tête, pour lui casser le nez et lui apprendre. Mais il savait aussi que si elle ne se jettait à ses pieds, il la ferrait exécuter.
D'une voix soumise; il supplia la reine de son corps et de son coeur:

-Ô sublime reine, inégalable souveraine d'un royaume inégalé, merveilleuse monarque dont rien n'est en comparaison beau, intelligent ou fort. Je vous prie, je vous supplie humblement de bien vouloir me pardonner ou de me faire subir les pires tortures pour avoir osé l'indicible, avoir eu l'audace déplacée de vous déplaire, et même pire, de vous faire croire à des insultes de la part. J'espère que ce sacrifice à votre pouvoir suffira à calmer votre colère juste et dont la force est infinie. Mais peu importe ce que j'espère ou les paroles qui sortent de ma bouche impure. Comme elles doivent vous paraître méprisables, je sens bien que vous ne supportez pas qu'un être comme vous voie, vous parle, vous entende. Je pensez que vous saviez, et maintenant j'en suis sûr, que jamais je n'ai cru être suppérieure à vous dans aucun domaine. Je suis infiniment plus faible, plus lâche, plus laid, plus abject, plus misérable, plus impur, plus souillé, plus naïf, plus grossier, plus detestable et plus miséreux qu'un de vos sujets moyen, alors n'imaginez même pas que j'ose me comparer à vous, infiniment supérieure à tout être vivant sur cette terre, votre soeur comprise, bien qu'elle soit après vous la plus digne de commader d'une main de fer les pourceaux qui peuplent cette terre, et qui ne vivent que pour servir, heureux sous vos coups de fouet, votre légitime et éternel pouvoir suprême. Moi, je suis encore en dessous d'eux, car je vous ai non seulement déçu, mais aussi dérangé, insulté. Je ne pourrai jamais me repentir de mon crime horrible.
Le plus que je puisse faire pour me faire oublier de vous, et ne plus avoir à vous tourmenter, c'est que mette fin à mes jours, en m'infligeant avant les souffrances que je mérite, sauf si vous désirez de moi comme esclave, bien sûr, auquel cas usez de moi comme bon vous semblera.

Puis Melek se tourna vers Balian, il pleurait, comme un enfant et s'adressa à l'ambassadeur d'une voix hachée et agressive, criant dans la grande salle vide:

-Et vous! Vous ne me croyez pas? Vous pensez que je dis tout cela pour plaire à la reine des reines, supérieure à tout les dieux le grand Morgoth compris, et pour me faire pardonner d'elle, que je ne le pense pas vraiment? Vous m'êtes infiniment supérieur, c'est vrai, et je ne vous en veux absolument pas de m'avoir infligé ce que je mérite. Vous êtes celui à mon avis le plus succeptible de pouvoir être aimé par l'ultime maîtresse du monde. Mais même, si elle vous choisi, ne la décevez ou ne la blessez jamais, ou alors, mieux vaudrait être mort dix mille fois dans les pires suplices que de subir ce que vous mériteriez.

Puis Melek, toujours hystérique et à demi fou, se rejeta face contre terre devant la reine, dégaina son riche sabre, cria:
-Voilà la preuve de ma bonne foi, pour ceux qui doutent que je pense mes paroles! Ma Déesse décidera ensuite du misérable sort que je mérite.

Et, levant sa main droite, tenant son sabre dans la main gauche, il allait abattre sa lame sur son poignet, pour le trancher d'un seul coup. La main allait-elle être tranchée? Balian, les gardes, s'ils avaient été appelés pendant le discours desespéré de Melek, ou la reine Serenya seuls pouvaient encore l'empêcher, en arrêtant le bras qui lançait le coup de sabre, puisque tous, y compris la reine, étaient plus forts physiquement que Melek.
Revenir en haut Aller en bas
Serenya
Reine de Khand
avatar

Messages : 39

Fiche-personnage
Race et Origine: Humaine
Bourse: 5000
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Mar 11 Jan - 23:21

Hallucinant. Melek se jeta à mes pieds avec tant d'empressement que je tiquai légèrement. Mes yeux s'équarquillèrent légèrement alors qu'il tombait à genoux, sanglotant comme un enfant. Le stratège était dans tous ses états; si bien que je ne percevai que de vagues bribes du discour qu'il me tenait.
Il me demandait pardon. Sans pour autant me demander de l'excuser. Sans illusions, Melek savait que la Reine que j'étais n'accordait pas de seconde chance, malgré toutes les belles choses qu'il me hurlait, misérable.
J'étais sourde aux tendres paroles; aveugle aux yeux brillants d'amour.
Aussi, lorsqu'il acheva sa complainte, je ne répondis rien. Gardant mes yeux noirs braqués sur lui, mon visage restait immuable: impassible et dur.

Tout aurait pu s'arrêter. J'aurais tourner les talons en le laissant pantelant avec Balian et ses idées suicidaires. Moi, je ne croyai pas un instant à son sacrifice. Melek s'aimait trop pour être près payer de sa vie l'affront qu'il m'avait fait.
Balian semblait d'accord et restait septique lorsque le stratège s'en prit à lui. Hystérique, Melek se mit à cracher à la figure de Balian des paroles sans sens aucun.
Etait-il sérieux lorsqu'il déclarer que Balian était susptible de prendre mon coeur, le jour venu?
C'était à la fois risible et pathétique.

En fait, ce n'était pas l'idée d'une relation avec Balian qui me choqua; mais plutôt celle d'une relation tout court. Ridicule. Non, vraiment, j'avais mieux à faire que de batifoler avec mon conseiller, aussi séduisant soit-il.
J'étais loin d'être une sainte nitouche, il était vrai que je m'étais toujours servie des hommes pour arriver à mes fins. Si facilement manipulables et amusants, à l'occasion... Mais ils restaient des instruments. Et ils étaient si lassants et pleins de contraintes.
Les hommes ne sont que des prisons. Ils ôtent simplement toute indépendance et personne n'avait le droit de me parquer. Balian était comme les autres. Parfait ou pas, il représentait à mes yeux les mêmes barreaux que les autres.
Tous les mêmes!

Je fus sortie de mes pensées par Melek qui, théâtrale, dégainer son sabre sous mon nez. Stupéfaite, je le regardai tendre sa main droite devant lui. Il n'était pas sérieux, non?! J'étais la seule à avoir droit de vie et de mort sur mes hommes. Le jour où Melek mourrait n'était pas encore arrivé, puisque je ne l'avais pas décidé. Il n'était pas question qu'il meurt ni même qu'il s'estropie sans que j'en ai donné l'ordre.
Il était à moi; à moi toute seule!
J'étais la seule à pouvoir le blesser!
Alors que son geste s'emballait et que la lame tombait inexorablement vers sa main, que Balian restait de marbre et que j'entendai derrière moi des grognements félins, signe que Kyros revenait avec les tigres attirés par le bruit, je l'arrêtai sans même bouger d'un pouce.

"Melek, suffit. Mais enfin, qu'est-ce qui vous prend? Calmez-vous immédiatement, c'est un ordre!"

Il arrêta son geste et releva la tête vers moi. Plongeant mon regard flambloyant dans ses yeux scintillants de désespoir et de larmes, je nous isolai des autres. Derrière moi, les tigres s'étaient immobilisés, Balian ne bougeait pas, Kyros devait être dans les parages.
Mais le seul regard que j'adressai à Melek semblait nous avoir couper du monde. Je le forçai à m'affronter. Evidemment, son regard retomba bien vite au sol et sa silhouette agenouillée se détendit. Satisfaite de le voir ainsi , j'eus un sourire indéfinissable. J'étais la seule à connaître la signification de ce sourire en coin. Ici, personne ne me connaissait réellement. Personne n'avait la moindre idée de la femme que j'étais, au-délà de la Reine. Mystère.


"Bien. Melek, pensez-vous pouvoir regagner vos appartements seul, ou faut-il que je vous fasse accompagner?"

[Melek, tu peux rep pour finir. Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Thalya
Stratège de Khand
avatar

Messages : 33
Age : 24

Fiche-personnage
Race et Origine: Humain (Khand)
Bourse: 12000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   Mer 12 Jan - 19:59

[Je conclus vite pour laisser Serenya libre pour RP avec Kyros Wink .]

Melek, effondré, eut à peine la force de répondre, d'un souffle, ou plutôt d'un râle à la reine:

-Votre majestée, je pense que j'y arriverai seul.

Il ne sut jamais comment il avait fait pour trouver la force de se traîner jusque dans ses appartement, où il s'effonfra sur son lit, plongeant imédiatement dans un sommeil profond et sans rêves. Ne se levant que tard dans la matinée du lendemain. Ce jour resterai néanmoins à jamais gravé dans sa mémoire et marqua définitivement une partie de son être. Si sa vie ne faisait que commencer, une page en était déjà tournée, et une autre commençait. Désormais, il pensait avoir compris Kyros, et l'approuvait en se moquant de ce qu'il était autrefois. Que pouvait-il autrefois? Quelles illusions stupides berçaient son esprit. Mais maintenant, il avait compris qu'il n'y avait rien de mieux à espérer dans cette vie que d'être l'esclave de la plus grande des Déesses, et de tout faire pour la satisfaire et lui donner le pouvoir infini qu'elle méritait. En fait, cela, pensa-t-il, Kyros le faisait déjà, il avait déjà compris qu'il était inutile d'essayer de maintenir un semblant d'égalité avec une personne telle que la reine, qui devait naturellement dominer le monde entier. Maintenant, Kyros était pour lui un exemple, au rang de serviteur fidèle ayant la confiance de la reine, alors que lui, Melek, méritait le surnom de "chien" à qui la reine ne faisait plus confiance. Mais il aurait désormais plaisir à la servir, à satisfaire ses moindres caprices de tout son être.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les desseins de la Reine [2011/Kyros-Balian-Melek-Serenya]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Myrlande à la présidentielle de 2011
» Preval di Ministah bay talonl avant 2011
» Transferts pour 2011
» Équipe Canada Junior Édition 2010-2011
» Kotei 2011 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en terre du milieu ! :: 
Régions de la Terre du Milieu
 :: Territoires maléfiques :: Khand :: Khyzilkum
-
Sauter vers: