Bienvenue en terre du milieu !

-Faites évoluer votre personnage en vivant en Terre du Milieu-
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]

Aller en bas 
AuteurMessage
Celàmbor
Assassin
avatar

Messages : 304
Age : 21
Localisation : Au dessus de toi, prêts à te tuer

Fiche-personnage
Race et Origine: humain du Gondor
Bourse: 16000 £
Equipement:

MessageSujet: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Sam 20 Nov - 0:37

Au loin, le feu de l'astre solaire embrasait l'horizon, alors que ce dernier relâchait progressivement son étreinte sur l'astre, le laissant monter lentement dans le ciel afin de briller pour un jour nouveau, pour réchauffer le monde et les coeurs, reveiller la terre entière de sa simple présence bienfaisante. Un vol d'oiseau migrateur partit vers le Sud, avide de quitter ces contrées bientôt ravagées par le froid. Car l'hiver approchait à grand pas, et bientôt un manteau de neige blanche tapisserait le sol, les montagnes, les forêts... Le froid revenait à grand pas vers nous, pour nous frapper de plein fouet. Ce n'était qu'une question de temps.

Mais mes pensées n'était tournée ni vers le feu céleste, ardent comme la braise, ni pour le gel annoncé pour peu de temps. Je marchais, ma capuche cachant la majeure partie de mon visage. Le changement de température s'opérant me piquiait au niveau de la lèvre, plus précisément à ma cicatrice. Je me la serrais frotter machinalement à mon habitude, mais je me retenais de faire un geste aussi futile devant Kaleth, le Grand Maître Assassin de la Guilde des Ombres. Cela faisait déjà plusieurs heures que nous errions, et aucune parole n'avait été échangée. Seul un silence, troublé par une brise matinale, nous accompagnait. Pourtant, je mourrais d'envie de lui poser des milliers de question, sur la Guilde autant que sur lui. Mais je gardais un air impassible, ne laissant transparaître aucune émotion, tout en attendant le moment propice. Au fond de moi, une voix me disait de ne pas être trop curieux, et je sentais que cet homme ne devait pas apprécier parler de son passé. Me résignant à n'en apprendre plus que sur la Guilde, je continua de me terrer dans un silence sombre.

Je me remémorais les événements dans la Taverne, l'homme tentant de me tuer, l'adrénaline, la sensation d'être incapable de pouvoir faire quelques chose, d'être condamné. Il faudrait que je remercie la serveuse ayant percuté mon ennemi. Elle m'avait sûrement sauvé la vie. Je n'oublie pas un visage facilement, encore moins si ce visage a tenté de m'arracher la vie d'un coup de lame. Si je venais à le croiser à nouveau, je savais ce que cela signifierait. La mort pour l'un de nous deux. Pas de seconde chance. L'un, triomphant, fatigué mais vivant, dans la main, une lame tâchée de sang vermeil encore chaud, coulant vers le sol en fines goutelettes. L'autre, au sol, le visage figé dans une expression de peur intense, les mains serrées sur une blessure où la lame avait mangé la peau. Les yeux écarquillés pour l'éternité, figé dans une expression de peur. Une amère défaite...

Je n'étais pas assez fort, je le savais. Rien que la démarche de mon agresseur, la vitesse à laquelle il avait pris son arme, son regard sûr de lui. Ce n'était pas du menu fretin. Un obstacle venait de se former sur la route de ma vie, et pouvait très bien m'y arrêter. Mais si je parvenais à le vaincre, j'en ressortirais plus puissant, plus dangereux que jamais. Si je parvenais....

Profitant du fait que nous étions dans une ruelle sombre, sans personne en vue, je pris la parole d'un ton calme et empreint de respect envers le grand homme qu'était Kaleth à mes yeux.

-Maître Kaleth, j'aimerais en savoir plus sur ma Guilde des Ombres, afin de ne pas commetre d'erreur à l'avenir. Pourriez-vous m'en dire plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Kaleth
Admin ¤ Maître Assassin de la Guilde de l'Ombre ¤ Prince Noir de l'Emyn Muil
avatar

Messages : 346
Age : 24
Localisation : Grenoble

Fiche-personnage
Race et Origine: Elfe (Déchu)
Bourse: 50000£
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Sam 20 Nov - 14:47

Kaleth attendait patiemment dans une ruelle, à l'écoute des bruits nocturnes qui finissaient de mourir sous les feux de l'aurore, lorsque Celàmbor vint le trouver et lui posa sa question. Le Grand Maître de la Guilde de l'Ombre jeta un bref coup d'œil à son compagnon, avant de fixer de nouveau le vague, au loin. Adossé à un vieux mur croulant sous le poids des ans, Kaleth observa le soleil se lever, restant silencieux pendant quelques minutes, le temps de réfléchir à la meilleure manière d'aborder le sujet de la Guilde avec son nouvel "apprenti", comme il aimait le nommer. Inspirant exagérément lentement, l'assassin elfe finit par se lancer, répondant à Celàmbor :

"La Guilde... est une organisation gigantesque. Imagines-toi ... comme une toile d'araignée qui existerait dans toute la Terre du Milieu. Certains fils de cette toile s'entrecroisent à certains endroits clés, formant comme des nœuds de pouvoir de la Guilde. Fornost est l'un de ces centres névralgiques, avec Minas Tirith, Edoras, et d'autres... C'est presque comme un grand empire parallèle.


Le plus important de tous ces centres de la Guilde, c'est Kharazan. Tu sais où se trouvent les montagnes escarpées de l'Emyn Muil ? Bien. Notre place forte est là : c'est une espèce de grande forteresse dissimulée sous les montagnes. Elle est creusée dans la montagne, ce n'est pas un château
conventionnel, avec des tours et de grandes portes, non... Les entrées de Kharazan sont cachées, et elle est entièrement située sous la montagne : comme rien ne dépasse et ne donne signe de vie, personne d'extérieur à la Guilde ne vient nous déranger. D'ailleurs, des guetteurs sont disposés jour et nuit tout autour, dans les montagnes, et préviennent en cas d'intrusion non désirée. Nous irons bientôt à Kharazan : il va bien falloir qu'un jour tu puisses voir le centre de notre empire des ombres.


Pour ce qui est des manières de fonctionner de la Guilde, il y a plusieurs règles auxquelles nous essayons autant que possible de nous conformer. Par exemple, nous ne tuons qu'à l'aide d'armes blanches, comme des épées ou des dagues, et il est formellement interdit de tomber dans du massacre d'innocents. Ou encore, nous pouvons tuer au poison, ou à l'aide d'une cordelette ou d'un filin pour étrangler la cible. Quelqu'un est considéré comme innocent s'il n'interfère pas dans les missions qui te sont confiées : tu ne tue pas les gens dans la rue pour le plaisir, il faut qu'ils aient un mandat sur leur tête pour que tu ai une raison de les tuer. Comme dans toute chose, il existe des exceptions, mais bon...


Note bien une chose, cependant : il est également interdit d'opérer des massacres à grande échelle. Exemple : on n'incendie pas un bâtiment ou une ville seulement parce qu'il y a quelqu'un que tu cherches dedans ; dans ce cas, si tu sais qu'il y est, tu iras le chercher toi-même. Un autre exemple : il n'est pas interdit d'utiliser du poison pour accomplir son travail, mais il n'est pas permis d'empoisonner tout un banquet pour tuer une seule personne ; dans ce cas-ci, tu te débrouillerais pour empoisonner uniquement le fond du verre de la personne que tu dois tuer.


Enfin, je dirais que... la plus grande défense de la Guilde de l'Ombre est le secret qui l'entoure : toute personne n'appartenant pas à la Guilde n'est pas autorisée à connaître plus d'un emplacement névralgique de notre réseau. Si un étranger à la Guilde découvre une partie importante de notre réseau, ou si l'un d'entre nous trahit la Guilde, il doit impérativement être tué, et ramené mort ou vif à Kharazan. Le secret est d'or, pour la Guilde, donc, par déduction, le silence est d'or également. Donc il est impératif d'être discret dans tes agissements, et si quelqu'un menace la Guilde ou connaît trop de secrets, tu peux considérer que je place systématiquement un mandat sur sa tête... c'est normal, la Guilde de l'Ombre doit survivre, pour être éternelle."


Kaleth se tut subitement, perdu dans ses pensées.

______________________

" Méfiez-vous de l'Ombre, et de ceux qu'elle dissimule... Elle n'est pas la seule à vous suivre."

Revenir en haut Aller en bas
Celàmbor
Assassin
avatar

Messages : 304
Age : 21
Localisation : Au dessus de toi, prêts à te tuer

Fiche-personnage
Race et Origine: humain du Gondor
Bourse: 16000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Sam 20 Nov - 17:13

Une lourde chappe de silence se déposa sur la scène après que ma discussion ait péri dans une série d'échos de plus en plus faibles. Kaleth fixait l'horizon en flamme, le regard perdu. Son souffle, d'une lenteur impressionante, me donnait des frissons dans l'échine. Mais je ne laissais rien paraître, le fixant toujours, patient dans mon attente de la vérité. Enfin, sa voix empreinte de mystère s'éleva dans les airs, délivrant les paroles suivantes :

-La Guilde... est une organisation gigantesque. Imagines-toi ... comme une toile d'araignée qui existerait dans toute la Terre du Milieu. Certains fils de cette toile s'entrecroisent à certains endroits clés, formant comme des nœuds de pouvoir de la Guilde. Fornost est l'un de ces centres névralgiques, avec Minas Tirith, Edoras, et d'autres... C'est presque comme un grand empire parallèle.

Je me l'imaginais plutôt comme un second monde, caché dans l'ombre du premier, méconnu mais bien présent, surveillant le moindre de tes mouvements, détaillant toutes tes actions en détail. La moindre erreur se soldant par la mort. Je commençais à comprendre l'ampleur de l'Univers dans lequel je venais de plonger inconsciemment. Un Univers sans pitié, où l'erreur est synonyme de la mort. Mais je trouvais un problème à cet explication. Des noeuds de pouvoir, c'était des points faibles dans un réseau. Si l'un d'entre eux venait à céder, ce serait une faille dans le formidable dispositif de la Guilde. Ne jamais centrer le pouvoir à un endroit, voilà ce que je pensais. Même s'il en étais ainsi plus facile à protéger et à diriger, cela restait une zone courant des risques importants.

-Le plus important de tous ces centres de la Guilde, c'est Kharazan. Tu sais où se trouvent les montagnes escarpées de l'Emyn Muil ? Bien. Notre place forte est là : c'est une espèce de grande forteresse dissimulée sous les montagnes. Elle est creusée dans la montagne, ce n'est pas un château conventionnel, avec des tours et de grandes portes, non... Les entrées de Kharazan sont cachées, et elle est entièrement située sous la montagne : comme rien ne dépasse et ne donne signe de vie, personne d'extérieur à la Guilde ne vient nous déranger. D'ailleurs, des guetteurs sont disposés jour et nuit tout autour, dans les montagnes, et préviennent en cas d'intrusion non désirée. Nous irons bientôt à Kharazan : il va bien falloir qu'un jour tu puisses voir le centre de notre empire des ombres.

Je me demandais bien à quoi cela pouvait ressembler. Dans mon esprit, je m'imaginais de grandes pièces de pierre froide, parcourue par des hommes et des femmes terrifiants. Un endroit où la lumière du soleil ne parvenait pas à filtrer. Bref, un endroit peu accueillant, mais d'une beauté sobre et d'une majesté inimaginable. Mais je ne devais pas penser à de telles broutilles, mais plutôt me concentrer sur ses paroles.

-Pour ce qui est des manières de fonctionner de la Guilde, il y a plusieurs règles auxquelles nous essayons autant que possible de nous conformer. Par exemple, nous ne tuons qu'à l'aide d'armes blanches, comme des épées ou des dagues, et il est formellement interdit de tomber dans du massacre d'innocents. Ou encore, nous pouvons tuer au poison, ou à l'aide d'une cordelette ou d'un filin pour étrangler la cible. Quelqu'un est considéré comme innocent s'il n'interfère pas dans les missions qui te sont confiées : tu ne tue pas les gens dans la rue pour le plaisir, il faut qu'ils aient un mandat sur leur tête pour que tu ai une raison de les tuer. Comme dans toute chose, il existe des exceptions, mais bon...

Je ne savais pas si, pour lui, l'arc comptait comme une arme blanche. Si non, j'aurais du mal à me conformer à ces règles, car mon art de combat se basait sur le meurtre à distance, d'un seul trait mortel, invisible et silencieux comme un rapace nocturne en pleine chasse.

Mais ce qui me dérangeait, c'était ce côté "innocent" pour lui. Bien sur, je ne comptais pas tuer des hommes et des femmes sans dangers, mais je me remémorais l'homme que j'avais du tuer tout à l'heure. A mes yeux, j'avais eu une bonne raison de le tuer, car le laisser en vie aurait été un grand danger pour moi. Cela devait faire partie des "exceptions", protéger sa vie.

-Note bien une chose, cependant : il est également interdit d'opérer des massacres à grande échelle. Exemple : on n'incendie pas un bâtiment ou une ville seulement parce qu'il y a quelqu'un que tu cherches dedans ; dans ce cas, si tu sais qu'il y est, tu iras le chercher toi-même. Un autre exemple : il n'est pas interdit d'utiliser du poison pour accomplir son travail, mais il n'est pas permis d'empoisonner tout un banquet pour tuer une seule personne ; dans ce cas-ci, tu te débrouillerais pour empoisonner uniquement le fond du verre de la personne que tu dois tuer.

Pour cela, il n'avait pas d'inquiètude à avoir, je ne comptais pas tuer femme et enfant pour mettre fin au règne d'un tyran ou bien d'une célèbre voleur. Le poison était une chose envisageable, mais seulement sur mes armes, je ne voulais pas prendre de risque en empoisonnant de la nourriture susceptible d'être gouttée ou bien mangée par quelqu'un d'autre.

-Enfin, je dirais que... la plus grande défense de la Guilde de l'Ombre est le secret qui l'entoure : toute personne n'appartenant pas à la Guilde n'est pas autorisée à connaître plus d'un emplacement névralgique de notre réseau. Si un étranger à la Guilde découvre une partie importante de notre réseau, ou si l'un d'entre nous trahit la Guilde, il doit impérativement être tué, et ramené mort ou vif à Kharazan. Le secret est d'or, pour la Guilde, donc, par déduction, le silence est d'or également. Donc il est impératif d'être discret dans tes agissements, et si quelqu'un menace la Guilde ou connaît trop de secrets, tu peux considérer que je place systématiquement un mandat sur sa tête... c'est normal, la Guilde de l'Ombre doit survivre, pour être éternelle.

Cette dernière partie, j'y avais pensé. Comme toute organisation de l'ombre, on vit, agit et meurt dans l'ombre, et on tombe dans l'oubli le plus total. Il avait répondu à mes questions pleinement, mais j'hésitais à lui faire part de mes craintes, surtout pour la centralisation du pouvoir en certains noeuds. Mais mon silence ne devait pas mettre en danger la Guilde, aussi c'est d'un ton respectueux et légèrement coupable que je demanda :

-Mais, Maître Kaleth, une crainte m'habite après votre réponse. Les "noeuds" de pouvoir ne risquent-ils pas de devenir des points faibles de la Guilde ? Si l'un d'entre eux venait à tomber, les répercussions sur la "toile" serait terrible. Cela pourrait sonner la fin de la Guilde. Aussi, je voulais vous faire part de mon appréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Kaleth
Admin ¤ Maître Assassin de la Guilde de l'Ombre ¤ Prince Noir de l'Emyn Muil
avatar

Messages : 346
Age : 24
Localisation : Grenoble

Fiche-personnage
Race et Origine: Elfe (Déchu)
Bourse: 50000£
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Sam 20 Nov - 17:54

Kaleth resta encore un moment à observer l'horizon, avant de commencer à réfléchir à la remarque de Celàmbor. Il y avait du vrai dans ce que disais le gamin, songea-t-il, intéressé : la Guilde est-elle faible par sa concentration en certains lieux ? C'était une perspective inquiétante pour Kaleth, mais après quelques instants de réflexion, l'elfe écarta cette possibilités : non, ce n'était pas possible. Formulant sa pensée à haute voix, il parla de nouveau, pensif :


"C'est une remarque intéressante... Effectivement, il est vrai que dans le cas où l'un de nos centres névralgiques serait corrompu ou détruit, nous aurions beaucoup à faire.

Cependant, dans la mesure où chaque point névralgique est autonome, je ne pense pas que la chute de l'un d'entre eux puisse sonner le glas de la Guilde de l'Ombre. Dans une situation pareille, nous mobiliserions un groupe d'assaut pour reprendre le contrôle de ce centre de commandement..."


Kaleth se tut. Il ne voulait pas parler de ce sujet : la Guilde n'avait pas de faiblesse majeure, du moins pas à sa connaissance. Si quelqu'un en trouvait une, il faudrait simplement envisager une solution. L'elfe commença à réfléchir à ce que lui avait dit Celàmbor.
Son regard se posa sur son apprenti, et tomba sur l'arc de l'humain. Y voyant une occasion de relancer la conversation, le Grand Maître de la Guilde interrogea Celàmbor :

"Tu es un bon archer ? Si c'est le cas, tu découvriras que c'est une voie royale pour les assassinats de personnes trop bien protégées par leurs gardes du corps..."

______________________

" Méfiez-vous de l'Ombre, et de ceux qu'elle dissimule... Elle n'est pas la seule à vous suivre."

Revenir en haut Aller en bas
Celàmbor
Assassin
avatar

Messages : 304
Age : 21
Localisation : Au dessus de toi, prêts à te tuer

Fiche-personnage
Race et Origine: humain du Gondor
Bourse: 16000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Dim 21 Nov - 0:14

Kaleth fixa de nouveau l'horizon, sans me sermonner d'avoir critiqué la Guilde. Il était donc plus tolérant que ce qu'il laissait paraître au premier regard. Ma remarque sur ce point faible de la Guilde l'avait donc ammener à réfléchir. Finalement, il pris la parole d'un ton calme et pensif, comme si ses pensées s'échappait par sa bouche en un flot de paroles.

-C'est une remarque intéressante... Effectivement, il est vrai que dans le cas où l'un de nos centres névralgiques serait corrompu ou détruit, nous aurions beaucoup à faire.

Je ne voyais pas vraiment comment une armée pourrait détruire une base de la Guilde des Ombres. Chaque homme et femme de cette organisation était d'une force redoutable, et pouvait défaire dix assaillants avec facilité. Seule une armée aux effectifs gigantesque aurait une petite chance de vaincre une concentration de combattants de hautes volées. Et encore, une série d'embuscade, une guérilla et des pièges auraient raison d'une grande partie de la force adverse. Par contre, l'Homme est facilement corruptible, je le savais. Du pouvoir, de l'argent, deux choses qui pouvaient faire changer d'allégeance la plupart des personnes en ce bas monde. Une attaque depuis l'intérieur, voilà ce que la Guilde avait à craindre. Je venais de trouver une seconde faille à cette dernière. Les nouveaux arrivants étaient très bien "étudié" au niveau combat, mais le mental restait inconnu aux recrutants. Un traître pouvait ainsi si facilement entrer dans nos rangs, puis nous détruire de l'intérieur.

-Cependant, dans la mesure où chaque point névralgique est autonome, je ne pense pas que la chute de l'un d'entre eux puisse sonner le glas de la Guilde de l'Ombre. Dans une situation pareille, nous mobiliserions un groupe d'assaut pour reprendre le contrôle de ce centre de commandement...

Un groupe d'assaut composé des plus terribles guerriers de la Terre du Milieu, nul doute que la victoire serait facile. Mais il restait encore le problème des traîtres. Il fallait que je le prévienne, encore une fois.

-Maître Kaleth, je viens de trouver un second problème dans le dispositif de la Guilde. A moins que je ne comettes une terrible erreur, il semblerait que vous ne vérifiez pas si les hommes entrant dans la Guilde sont bel et bien des hommes du "bon camps". Un traître est si vite arrivé...

Je le laissa réfléchir sur cette phrase, et écouta attentivement sa réponse éclairée. Puis, comme avide de changer de sujet, il posa son regard sur moi, et je sentis ses yeux gris acier me percer la chair d'un regard inquisiteur, comme s'il examinait les méandres troublé de mon coeur blessé. Mais ce fut sur un sujet auquel je ne m'attendais pas du tout qu'il posa une simple question.

-Tu es un bon archer ? Si c'est le cas, tu découvriras que c'est une voie royale pour les assassinats de personnes trop bien protégées par leurs gardes du corps...

Bon archer ? Je ne pouvais le dire. On est bon comparé à quelqu'un d'autre et, n'ayant jamais rencontré d'autre homme utilisant cette arme de tir, je ne pouvais le dire avec précision. Je touchais souvent mes cibles, que mon regard perçant pouvait repérer de loin avec une incroyable précision. Mais de là à dire que j'étais bon archer, je ne savais la distance à franchir. Par contre, sa remarque venait de me faire découvrir une chose qui me remplissait de satisfaction. Mon arme de prédilection ne semblait, de un, pas lui poser de problème, mais aussi être parfaitement adéquate à mon métier.

-Bon archer ? Je ne sais pas... Je n'ai jamais tué d'humains, juste des gobelins. Ces derniers sont regroupés en masse grouillante si compacte que les toucher est chose facile. Je ne sais sincèrement pas si je suis bon archer, Maître Kaleth. A vous d'en juger...
Revenir en haut Aller en bas
Kaleth
Admin ¤ Maître Assassin de la Guilde de l'Ombre ¤ Prince Noir de l'Emyn Muil
avatar

Messages : 346
Age : 24
Localisation : Grenoble

Fiche-personnage
Race et Origine: Elfe (Déchu)
Bourse: 50000£
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Jeu 25 Nov - 20:57

Kaleth resta silencieux un moment, ne pipant mot après l'intervention de son disciple. Puis, se relevant lestement, il se tourna vers Celàmbor, et, toujours silencieusement, s'affaira à lui tourner autour, concentré sur "l'humain", comme il l'appelait. Puis, reculant, il s'accroupit sur l'ancienne muraille, qui n'était plus maintenant qu'un tronçon de pierres s'élevant encore au-dessus du paysage des rues de Fornost. Enfin, sa voix s'éleva de nouveau :

"L'arme que tu préfères, c'est à toi de la choisir. Je ne peux que juger de tes performances ; mais nous n'allons pas recommencer une séance de démonstration guerrière futile. Si je ne m'abuse, tu auras bien le temps de me démontrer ton talent, d'ici peu. Je le sens dans l'air. Cela fait déjà un bout de temps que la Guilde me cause des tracas..."


S'interrompant soudainement, l'assassin elfe repensa aux derniers signes avant-coureurs de conflits dans le Sud : ses agents qui avaient des difficultés au Harad, certains rapports assez alarmistes sur des conduites inhabituelles dans certains secteurs de la Terre du Milieu... et surtout, surtout, quelques membres de la Guilde qui n'avaient plus donné signe de vie depuis plusieurs mois, après être partis dans le Sud... Kaleth était perplexe, et frustré. Et il détestait ne pas pouvoir déverser sa colère sur un ennemi parce que ce-dernier était invisible...

Rompant le silence, l'elfe parla de nouveau à Celàmbor, d'un ton plus dur :

"Je ne doute pas du fait que tu sois un bon archer. Fais seulement attention de ne pas me gêner lorsque je combat. Tiens, oui, ça me fait penser à une autre précaution à prendre, puisque tu es nouveau dans la Guilde.

Sache que chaque assassin ou spécialiste du combat rapproché a une méthode, une façon de combattre assez particulière... mais, dans mon cas, lors d'un combat, je ne veux pas te voir t'approcher de moi, tu risques de te prendre un coup."


Kaleth réfléchit quelques instants de plus, puis, d'une voix distante, mais d'une froideur frappante, il se retourna et dévisagea Celàmbor de son regard gris acier, le visage neutre. Accrochant le regard de l'humain, il parla :

"Pour ce que tu disais tout-à-l'heure... Sache que je ne porte pas dans mon cœur les traîtres à la Guilde. Une personne qui trahirait la Guilde en outrepassant de manière grave les règles recevrait rapidement ma visite, ou, si je ne suis pas disponible, aurait rapidement une bonne partie des tueurs de la Terre du Milieu sur le dos. Et crois-moi, même un roi a de quoi redouter ça..."


Puis, soudainement, l'elfe sauta sur ses pieds, et, retrouvant un ton neutre, interrogea Celàmbor, changeant complètement de sujet :

"Bon. Puisque nous n'avons rien à faire pour le moment, dis-moi : que veux-tu faire, toi ? Je pense que tu as beaucoup de choses à apprendre ou à perfectionner, que ce soit l'utilisation des poisons, l'art du combat rapproché, ou autre chose... mais que veux-tu faire ?"

______________________

" Méfiez-vous de l'Ombre, et de ceux qu'elle dissimule... Elle n'est pas la seule à vous suivre."

Revenir en haut Aller en bas
Celàmbor
Assassin
avatar

Messages : 304
Age : 21
Localisation : Au dessus de toi, prêts à te tuer

Fiche-personnage
Race et Origine: humain du Gondor
Bourse: 16000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Sam 27 Nov - 23:08

-L'arme que tu préfères, c'est à toi de la choisir. Je ne peux que juger de tes performances ; mais nous n'allons pas recommencer une séance de démonstration guerrière futile. Si je ne m'abuse, tu auras bien le temps de me démontrer ton talent, d'ici peu. Je le sens dans l'air. Cela fait déjà un bout de temps que la Guilde me cause des tracas...

Il avait raison. Je ressentais moi aussi cette tension presque palpable qui émanait de chaque recoin de cette cité au fur et à mesure que le sacre approchait. Et c'était une tension malsaine, mauvaise. Des frissons me parcouraient l'échine, comme me prévenant d'un futur noir. Quelque chose allait se passer d'ici peu dans ce lieu, quelque chose de sombre et d'honnis. Comme pour étoffer ma crainte, de lourds nuages noirs se levèrent à l'horizon, annonçant une pluie pour dans peu de temps. Croassant, un vol de corbeau au plumage de nuit nous survola comme un augure maléfique. Le moment de prouver ma loyauté pour la Guilde venait à moi à grand pas. C'était un mélange d'excitation et de crainte, car je ne savais pas ce qui m'attendait. Mais, quoi que se soit, j'y ferais face avec ardeur et courage, pour la survie des Terres du Milieu et de la Guilde.

L'arme que je préfère étais une question indirecte qui me posait un véritable dilemne. Je ne savais pas ma préférence pour cet art martial et diversifié qu'est de donner la mort à autrui. Si le mot art pour anéantir une vie, provoquer un déferlement de haine et de souffrance et parfois briser des familles convenait. Au loin, on ne ressentais plus le fait d'arracher la vie à l'autre, cela semble aussi simple que dire bonjour car on ne voit pas le sang qui nous tâche les mains, les yeux pétris de douleur et de malédiction qui nous regardent avec haine pour la dernière fois alors que le corps s'effondre dans une mare vermeil. Mais au contact de l'ennemi, lorsque la lame s'enfonce dans sa peau tendre de la gorge, le sang nous gicle sur le visage, la haine est palpable, la violence de même. Lorsque la vie le quitte et que l'instrument de mort se retire, le sang et la douleur sont toujours présent. Je n'ai pas de préférence, je m'adapte à chaque nouveau dilemne.

-Je ne doute pas du fait que tu sois un bon archer. Fais seulement attention de ne pas me gêner lorsque je combat. Tiens, oui, ça me fait penser à une autre précaution à prendre, puisque tu es nouveau dans la Guilde.

Sache que chaque assassin ou spécialiste du combat rapproché a une méthode, une façon de combattre assez particulière... mais, dans mon cas, lors d'un combat, je ne veux pas te voir t'approcher de moi, tu risques de te prendre un coup.


Je ne comptais pas le coller pendant les affrontements, de crainte de n'être pour lui qu'un fardeau inutile. Je savais comment je me battrais. Si l'avantage de la surprise nous était reservé, j'abattrais de loin les ennemis, couvrant de mes pointes mortelles mon mentor. Et si la surprise était dans leur camps, je dégainerais mes lames pour combattre plus loin de lui.

Une chose venait d'éclater à mes yeux. Encore une fois, le ton prit par Kaleth était dur et froid, comme une fragment de glace. La joie, la peine, la détente, le calme... Toute ces choses semblaient lui être étrangère en tout point, comme s'il n'était qu'un instrument de mort manoeuvré par une conscience supérieure. Comment un être, homme ou elfe, je ne pouvais le dire avec la langue qu'il avait employé plus tôt dans le bar, pouvait survivre en étant pétris simplement d'action et de pensée, sans émotion ? Sans souffrance, sans joie, sans contentement, sans colère... La vie vaut-elle le coup d'être vécue ?

-Pour ce que tu disais tout-à-l'heure... Sache que je ne porte pas dans mon cœur les traîtres à la Guilde. Une personne qui trahirait la Guilde en outrepassant de manière grave les règles recevrait rapidement ma visite, ou, si je ne suis pas disponible, aurait rapidement une bonne partie des tueurs de la Terre du Milieu sur le dos. Et crois-moi, même un roi a de quoi redouter ça...

Recevoir sa visite... Je plaignais déjà d'avance la personne obtenant cette "grâce" de Kaleth, car ses douleurs seraient sans nom. Une voix en moi me disait qu'un jour je serais un de ces Tueurs, un homme traquant un traître pour le repentir par la douleur, avant de l'envoyer dans les flammes de l'Enfer d'un bref revers de ma lame. ou bien d'une flèche savemment envoyée dans le coeur.

-Bon. Puisque nous n'avons rien à faire pour le moment, dis-moi : que veux-tu faire, toi ? Je pense que tu as beaucoup de choses à apprendre ou à perfectionner, que ce soit l'utilisation des poisons, l'art du combat rapproché, ou autre chose... mais que veux-tu faire ?

Que veux-je faire ? Une question que je redoutais moi même me poser, car je savais que la réponse m'était cachée, et que prendre en compte cette réalité anéantirait mon moral aussi sûrement que la mort.

-Je ne sais pas, pour être franc avec vous Maître Kaleth. J'ai poursuivi pendant longtemps le rêve de vous rejoindre, le voilà excaucé, maintenant, je ne sais quoi faire. Je pense m'entraîner encore et encore au maniement des lames, en apprendre plus sur le poison, et surtout, un autre rêve mineur que vous devez penser insignifiant, mais apprendre l'elfique. J'ai toujours eu une grande considération pour cette langue harmonique et d'une beauté magnifique, bien que je pense que leur "créateur", si je puis dire ainsi, ont mal fait d'abandonner les Terres du Milieux. Je connais trop mal l'histoire pour juger de leurs actes, mais je pense qu'un peuple ne devrait pas déserter ces Terres Natales ainsi. Après tout, c'est là qu'ils ont vu le jour au tout début, que leurs ancêtres ont vécu des temps de paix, et je pense que c'est là que, si un jour ils venait à s'éteindre, ils devraient résider dans un ultime tombeau.
Revenir en haut Aller en bas
Kaleth
Admin ¤ Maître Assassin de la Guilde de l'Ombre ¤ Prince Noir de l'Emyn Muil
avatar

Messages : 346
Age : 24
Localisation : Grenoble

Fiche-personnage
Race et Origine: Elfe (Déchu)
Bourse: 50000£
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Dim 28 Nov - 13:34

Kaleth se sentait mal : mal dans sa peau, mal dans sa tête... il avait comme l'impression que quelque chose commençait inexorablement à mal tourner dans la vie de la Guilde, mais il ne savait pas encore quoi exactement. Pour l'instant, il avait l'impression d'un dysfonctionnement l'empêchant de ressentir la satisfaction qui était la sienne habituellement lorsqu'il gérait la Guilde de l'Ombre. Il n'était pas heureux de la façon dont tournait les choses ; les rapports s'espaçaient, certains agents ne répondaient plus. Kaleth ne tenait plus en place. C'était comme une adrénaline insupportable qui emplissait maintenant ses veines, lui donnant l'envie d'agir pour changer la situation alors qu'il n'avait pas encore mis le doigt sur ce qui n'allait pas. C'était en fait trop diffus, trop...

L'elfe s'interrompit dans ses pensées : l'humain venait de lui répondre... et avec sa réponse, il amenait une épineuse question, qui lui rappelait de trop mauvais souvenirs de son passé. L'elfe inspira lentement, avant d'aborder un sujet dont il ne parlait habituellement avec personne ; même avec Lhunara, il n'en parlait quasiment jamais.

"Les elfes ont quitté nos rivages depuis le début du Quatrième Âge. Il n'en reste à présent plus que quelques uns, dispersés, trop faibles dans leur esprit pour pouvoir devenir véritablement influents dans ce nouvel ordre de la Terre du Milieu. C'est comme si la gent elfique n'existait en fait plus... et c'est très bien ainsi."


Kaleth grimaça intérieurement : son visage de marbre ne reflétait plus ses émotions depuis bien longtemps, et en l'occurrence, c'était utile, car ce sujet le tourmentait depuis des centaines d'années. Repensant à son passé, l'assassin elfe songea de nouveau à son bannissement par Elrond à la fin du Troisième Âge ; ce même bannissement qui l'empêchait à présent d'embarquer sur un navire pour voguer vers Valinor. Cette décision d'un seigneur elfe imbu de lui-même, de mettre à jamais un membre de son peuple de côté, hors de portée du but final des elfes.


C'était depuis ce jour que Kaleth haïssait les gens de sa race. Pour l'instant, Lhunara était la seule elfe qu'il n'avait pas en horreur, et Elilith semblait être une seconde personne qui différait de l'essentiel de la gent elfique.

"Je pense que les elfes sont très bien là où ils vont. Qu'ils partent tous, le monde ne s'en portera que mieux." siffla-t-il entre ses dents, d'un ton plein d'une ancienne rancœur.

Puis l'assassin elfe se dit qu'il était temps de changer de sujet : cet humain, Celàmbor, semblait avoir un don pour aborder des sujets que lui, Kaleth, n'appréciait pas du tout.

"L'elfique est une langue extrêmement complexe : cela prend beaucoup de temps de l'apprendre si l'on n'est pas un elfe, et tout eu plus tu parviendras à comprendre quelques phrases de base..."

______________________

" Méfiez-vous de l'Ombre, et de ceux qu'elle dissimule... Elle n'est pas la seule à vous suivre."

Revenir en haut Aller en bas
Celàmbor
Assassin
avatar

Messages : 304
Age : 21
Localisation : Au dessus de toi, prêts à te tuer

Fiche-personnage
Race et Origine: humain du Gondor
Bourse: 16000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Dim 28 Nov - 15:25

-Les elfes ont quitté nos rivages depuis le début du Quatrième Âge. Il n'en reste à présent plus que quelques uns, dispersés, trop faibles dans leur esprit pour pouvoir devenir véritablement influents dans ce nouvel ordre de la Terre du Milieu. C'est comme si la gent elfique n'existait en fait plus... et c'est très bien ainsi.

Le ton de la fin de sa phrase était aussi important que les mots eux mêmes. Il ne suportait pas les elfes, je venais de le comprendre. Lorsqu'un être parle, le sens de la phrase est inconsciemment obtenu par l'ajout de détails corporel, de tonalité, de sens, de regard... Les mots ne sont qu'une couverture, derrière laquelle on dissimule ou l'on dévoile nos vrais idées. Saluer quelqu'un sans même lui jeter un coup d'oeil n'était pas un salut plaisant, alors qu'un simple sourire peut transformer le ton d'une conversation. Un regard qui se dérobe, un mot qui s'écorche, le ton de la voix qui augmente ou diminue, un geste automatique... Tant de choses qui permettent à un observateur malin de saisir la plénitude de la phrase. Sans cela, on reste borné aux apparences, et jamais à la compréhension totale.

Qu'avais fait les elfes à cet homme pour autant le marquer, pour qu'autant de rancoeur palpite dans son coeur ? D'après les brefs livres que j'avais eu la chance de lire dessus, et les récits de mes parents, qui eux même les tenaient de leur famille qui comportait d'illustre guerriers gondoriens ayant participé à la guerre contre le Mordor, c'était une race vénérable, très noble, mais qui manquait de courage, ayant abandonné le monde lors de la GUerre pour s'enfuir. Je n'acceptais pas leur comportement, jugeant cela lâche de partir lorsque les autres avaient le plus besoin d'eux.

-Je pense que les elfes sont très bien là où ils vont. Qu'ils partent tous, le monde ne s'en portera que mieux.

Encore une preuve de ce que je venais de remarquer, mais pour une fois, c'était une terrible rancoeur non masquée qui vibrait dans sa voix, résonnant sur les murs en ruine de la cité pour se perdre au loin dans un écho mourant. Une émotion transparaissait enfin dans sa voix, mais pas une émotion comme je le pensais. Une émotion néfaste à souhait, qui corrompt le coeur et le perverti vers la haine et la colère. Une émotion foncièrement mauvaise. Cela me déçut particulièrement. Cet homme ne pouvait-il donc que produire des émotions néfastes, ne pouvait-il pas être heureux ? Mais que peut faire un simple assassin tel que moi pour changer le fond de cet homme aussi mystérieux que la face cachée de la lune et aussi puissant que l'épée d'Anduril ? Je ne le savais pas encore, mais si un jour une solution venait à moi, je n'hésiterai pas à m'en emparer. Sans hésitation.

-L'elfique est une langue extrêmement complexe : cela prend beaucoup de temps de l'apprendre si l'on n'est pas un elfe, et tout eu plus tu parviendras à comprendre quelques phrases de base...

Si je me référais au pied de la lettre à ce qu'il venait de dire, il était donc un elfe, à moins que je ne sois qu'un sombre crétin doublé d'un imbécile. Quiconque n'était pas elfe ne pouvait comprendre et donc aussi prononcer que les phrases elfique de base. Hors, sauf erreur, ce qu'il avait prononcé à l'auberge tout à l'heure m'avait paru tout sauf basique, avec ces tonalité, ces accélérations brusque parfois, ces ralentissements, ces pauses. A mes yeux, c'était comme le murmure d'un fleuve qui s'écoule.

-Je tenterai ma chance quand même. Je n'abandonnerai pas aussi facilement.

Sans m'en rendre compte, j'avais serré mon poing, réaction inconsciente prouvant ma détermination.

Voyant que le sujet de la discussion semblait le gêner, je changea de thème.

-Mais, Maître Kaleth, que se passe-t-il exactement pendant un sacre ? Je viens d'une maison un peu perdue non loin des Montagnes de la Moria, et, malgré la grande quantité de livre que je possédais et le nombre de récit que j'ai entendu, je ne me souviens pas de sacre. Pourriez-vous m'expliquer plus en détail s'il vous plaît ?
Revenir en haut Aller en bas
Kaleth
Admin ¤ Maître Assassin de la Guilde de l'Ombre ¤ Prince Noir de l'Emyn Muil
avatar

Messages : 346
Age : 24
Localisation : Grenoble

Fiche-personnage
Race et Origine: Elfe (Déchu)
Bourse: 50000£
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Lun 29 Nov - 20:23

"Un sacre est une cérémonie particulière, au cours de laquelle on nomme quelqu'un empereur ou roi d'un territoire. Le sacre auquel nous allons assister est celui d'Earendur, le frère du roi Valarion. C'est d'ailleurs l'occasion pour le peuple de voir son nouveau souverain... c'est un peu comme si on présentait le seigneur au peuple pour dire aux gens : "Regardez, on le coiffe de sa couronne, c'est lui votre roi, désormais."

Après... tout est relatif, ce n'est qu'une cérémonie basique, pourtant, comme c'est le roi Valarion qui sacre son frère roi d'Arnor, beaucoup de monde est attiré, et la moitié de la Terre du Milieu viendra."


Kaleth se tut, et commença à marcher dans les ruelles de Fornost baignées des lueurs matinales de l'aurore. Il avait encore autre chose à faire avant de s'occuper d'une toute autre affaire.


"Suis-moi. Je dois te présenter à des gens."


Et, s'enfonçant dans les rues pavées de la cité, il se mit à marcher d'un pas vif, silencieux et mortel, comme le décrivait la légende populaire que l'on avait brodée autour de son nom.
"Celàmbor était un bon garçon", songeait-il, perdu dans ses pensées, "mais il a encore beaucoup à apprendre. Et, pour commencer, puisqu'il va devoir travailler avec la Guilde à l'avenir, il est important qu'il en connaisse la hiérarchie générale, afin de ne pas commettre d'impair embarrassant..."
L'assassin elfe eut une pensée pour Lhunara, son agente favorite, qui devait bientôt le rejoindre ici, du moins, si la Cour de Gondor finissait par entreprendre le voyage jusqu'à Fornost. Et alors, alors, ce serait l'occasion d'avoir une longue discussion avec elle, à propos de la place de la Guilde dans le prochain nouvel agencement de la Terre du Milieu... Mais cette pensée s'effaça bien vite de l'esprit de Kaleth : l'elfe jeta des regards du coin de l'œil à Celàmbor qui le suivait ; se sermonnant intérieurement, le maître de la Guilde songea que, même si son "apprenti" n'était qu'un humain, il pouvait s'avérer dangereux, aussi ne devait-il pas relâcher sa garde avant d'être plus convaincu de la valeur de son disciple...

______________________

" Méfiez-vous de l'Ombre, et de ceux qu'elle dissimule... Elle n'est pas la seule à vous suivre."

Revenir en haut Aller en bas
Celàmbor
Assassin
avatar

Messages : 304
Age : 21
Localisation : Au dessus de toi, prêts à te tuer

Fiche-personnage
Race et Origine: humain du Gondor
Bourse: 16000 £
Equipement:

MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   Mar 30 Nov - 22:46

-Un sacre est une cérémonie particulière, au cours de laquelle on nomme quelqu'un empereur ou roi d'un territoire. Le sacre auquel nous allons assister est celui d'Earendur, le frère du roi Valarion. C'est d'ailleurs l'occasion pour le peuple de voir son nouveau souverain... c'est un peu comme si on présentait le seigneur au peuple pour dire aux gens : "Regardez, on le coiffe de sa couronne, c'est lui votre roi, désormais."

Après... tout est relatif, ce n'est qu'une cérémonie basique, pourtant, comme c'est le roi Valarion qui sacre son frère roi d'Arnor, beaucoup de monde est attiré, et la moitié de la Terre du Milieu viendra.


Ce n'était juste qu'un grand rassemblement symbolique autour de grands personnages. L'évocation du nom de Valarion me tendit, car je haïssais le Gondor, sa contrée et ses dirigeants. Les soldats, par contre, ne me répugnaient pas, obéissant simplement à des choses qui les dépassaient. Ils ne pouvaient être blamé, n'étant que des rouages d'une machinerie infernale géante, huilée et fonctionnant parfaitement bien. Une machine comportant des sections se croyant au dessus des hommes, qui les roulaient dans la poussière et le déshonneur. Des hommes qui profitaient de leur pouvoir pour faire régner un joug tyranique et repousser ceux pouvant entraver leurs plans. Des hommes commes les entraîneurs qui m'avaient "accueilli" à mon arrivée à la caserne.

Me renvoyer comme cela juste après les examens, sans raison apparentes. Je les avais pourtant réussi avec aisance et puissance, leurs tests. J'avais touché en plein dans le mille des cibles situées à plusieurs dizaines de mètres, défais au combat singulier un homme presque deux fois plus grand que moi aux muscles apparents. Une épée en bois en main, je l'avais d'abord désarmé, puis brisé les os de ses jambes alors qu'il avait choisi de combattre pour la suite du duel à main nue. Puis, ses jambes avaient subi le même sort funeste, ainsi que quelques unes de ses côtes. J'avais finalement terminé ma victoire éclatante en pointant sa gorge avec la pointe de mon glaive de bois.

J'avais rampé, couru, traversé des obstacles, combattu pendant plus de trois heures, pour finalement me retrouver dans la poussière, devant la caserne, ejecté. Mais je n'oubliais pas leur visage, à ces deux peureux. Je les retrouverai pour les vaincre, et me venger. J'ai grandi dans le sang, j'ai vécu dans le sang, je pourchasse une besoin de sang, et je périrai dans le sang. Dans un sang qui rarement coule hors de ses veines, qui rarement sent le froid contact du vent et la brulure du soleil. Mon sang...

-Suis-moi. Je dois te présenter à des gens.

Toujours plongé dans de sombres pensées sans pour autant relâcher mon attention, je lui emboîta le pas, le suivant vers l'endroit où il voulait me mener. Où que cela soit, je le suivrais, car il est le pilier de la Guilde. Si ce pilier est brisé, la Guilde s'écroule, et si je peux éviter cette catastrophe par ma modeste contribution, je le ferais, au nom de tout ce qui vit pour une bonne raison en Terre du Milieu. Au nom de tout ce qui est bénéfique, au nom du monde tel que nous le connaissons, plongé dans une Ere de paix. Au nom de tout ce qui est cher à mes yeux. Sans un bruit, comme l'ombre du Dieu de la Mort qui marchait à pas calculé devant moi, j'avançais dans les rues encore mal éclairées de Fornost...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une discussion avec son mentor [Kaleth et Celàmbor] [2010]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le conba avec sont mentor (nuage sauvage /lac de givre)
» Le dernier...avec un mentor différent[Pv Foudre d'Alchimisme]
» Discussion avec Kû-Fei...
» Discussion avec Alice, une Protectrice en sursis
» Présentation de Thomas Marci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue en terre du milieu ! :: 
Régions de la Terre du Milieu
 :: L'Eriador :: Arnor :: Fornost
-
Sauter vers: